Tchad: le candidat Déby promet de limiter les mandats présidentiels

Le président du Tchad Idriss Déby Itno à Ndjamena, le 22 novembre 2014.
© MIGUEL MEDINA / AFP

Au Tchad, le chef de l’Etat promet de réintégrer la limitation des mandats à la présidence de la République. Le président tchadien, au pouvoir depuis 25 ans et qui a été investi ce mardi par son parti, le Mouvement patriotique du salut (MPS), pour une candidature à un cinquième mandat se propose de remettre en place le verrou qu’il a lui-même fait sauter en 2005.

A peine investi, le désormais candidat Idriss Déby déroule son programme politique. Parmi les priorités du prochain mandat, de grandes réformes constitutionnelles notamment le nombre de mandats à la présidence : « la réintroduction du principe de limitation de mandats présidentiels dans la Constitution doit être posée, car il y va de la vitalité de notre jeune démocratie. Rien ne nous permet de nous focaliser dans un système où l'alternance devient difficile. »

Il faut réformer la justice dont le fonctionnement qui ne favorise pas la paix sociale. Il faut même revoir la forme de l’Etat, en évoluant vers un Etat fédéral, propose le candidat Idriss Déby Itno : « la forme même de l'Etat doit même être revue pour en finir avec l'Etat centralisé. N'ayons pas peur des mots. » Il faut, poursuit le président, « sérieusement envisager de tendre vers un système de type fédéral. La fédération n'est pas la bannière de Yorongar ».

Le chef de l’Etat, qui est désormais en campagne, vient de tacler son plus farouche opposant Ngarléjy Yorongar qui prône la fédération depuis plus de vingt ans. Un observateur politique tempère. On attend de voir avant de croire. En 2001, Idriss Déby a dit qu’il préparait le Tchad à l’alternance. Quinze ans après, il est toujours là.

Si nous gagnons les élections bien sûr - j'espère que nous allons gagner - j'entends organiser une large consultation nationale regroupant toutes les forces vives de notre pays
Idriss Déby
09-02-2016 - Par Madjiasra Nako