Madagascar: Honoré Rakotomanana élu président du Sénat

Honoré Rakotomanana élu nouveau président du Sénat malgache le 9 février 2016.
© Jeanne Richard/RFI

Mardi 9 février, les 63 sénateurs fraîchement élus et nommés se sont réunis pour la première fois à Antananarivo. Ils ont élu le nouveau président du Sénat : Honoré Rakotomanana. Election logique puisqu’il était le seul candidat en lice. Présenté comme le candidat du parti au pouvoir, il a été élu à l’unanimité. Il semble donc faire consensus, y compris chez les sénateurs de l’opposition. A 82 ans, c'est en effet une figure de la politique malgache.

Avec 60 voix pour Honoré Rakotomanana, les sénateurs malgaches ont été unanimes dans leur choix.

Professeur de droit, il a été pendant un temps procureur adjoint au Tribunal pénal international pour le Rwanda. Mais il avait été poussé à la démission en 1997 à cause de « sérieuses déficiences dans la gestion et les opérations ». Des faits qui ne semblent pas déranger le HVM, le parti au pouvoir, qui l’a présenté comme l'homme ayant le plus d'expérience et de compétences.

Car Honoré Rakotomanana, en fidèle de Didier Ratsiraka, a également été président de la Haute Cour constitutionnelle à Madagascar, et déjà, président du Sénat en 2001.

« Je suis un peu ému. Je suis content de pouvoir encore participer au développement de ces pays. Et il y a beaucoup à faire », a-t-il déclaré.

A 82 ans, Honoré Rakotomanana a donc été choisi pour son expérience par le HVM, le parti au pouvoir. Et même s’il est désormais proche du président Hery Rajaonarimampianina, et joue le rôle de conseiller officieux, il n’est pas encarté au parti. Le HVM le présente comme un candidat d’ouverture. Des arguments qui ont su toucher Olga Ramalason, sénatrice de l’opposition : « Vu l'expérience qu'il a, je pense qu'il le mérite. Et je trouve que c'est une ouverture pour le HVM pour avoir une image démocratique. »

Honoré Rakotomanana est donc désormais le numéro 2 deux de l’Etat. C’est lui notamment qui doit remplacer le président de la République en cas de vacance du pouvoir.