Présidentielle aux Comores: le débat entre candidats tombe à l’eau

Foule devant l'Assemblée nationale des Comores à Moroni, le 24 février 2015.
© AFP PHOTO//MARCO LONGARI

Aux Comores, en pleine campagne électorale, une association a décidé d'organiser une série de débats entre les candidats pour la première fois dans l'histoire du pays. 22 des 25 candidats ont accepté l'invitation. Mais après une première annulation pour des raisons techniques, la série noire continue puisque ce mardi soir, les candidats pourtant présents sur les lieux du débat ont refusé de se prêter au jeu.

Une foule compacte, une liste d'attente pour avoir le droit d'intervenir... A voir l'ébullition ambiante à l'entrée de la salle, l'enjeu d'un tel évènement n'échappait à personne et surtout pas aux candidats en lice. Le mouvement de conscientisation de la jeunesse appelé N'go Shawo s'est lancé un défi ambitieux : organiser pour la première fois aux Comores des rencontres entre les candidats à l'élection présidentielle quatre par quatre en présence du public et des journalistes.

Habitués aux meetings et aux spots publicitaires où chacun est seul à avoir la parole et peut invectiver à l'envi ses adversaires politiques, les candidats à l'élection se sont vus proposer un véritable défi par cette association de jeunes. L'exercice censé élever le niveau des débats ne comportait qu'une seule règle : le calendrier de passage des candidats était défini par tirage au sort.

Un problème technique ayant empêché la première soirée débat d'avoir lieu, elle a été reportée en fin de calendrier. Un manquement flagrant au règlement selon les candidats qui passaient mardi soir de second à premier en ordre de passage. Allant jusqu'à crier au complot, ils ont tourné le dos à cette initiative de la jeunesse comorienne.

Maladresse politique ou mépris des efforts de ces jeunes bénévoles au profit d'un coup de communication, il n'empêche que les candidats au poste de chef de l'Etat ne semblent pas prêts à confronter leurs programmes.