Republier
Rwanda médias

Rwanda: un journaliste d'investigation arrêté puis relâché

Vue générale de Kigali, la capitale du Rwanda.
© AFP/Tony KARUMBA

Au Rwanda, après la brève interpellation d'un journaliste de l'East African, un autre journaliste a des démêlés avec la justice. John Williams Ntwari avait été arrêté il y a un peu plus de dix jours. Soupçonné de viol sur mineur, il a été présenté ce mardi au parquet puis libéré provisoirement. Ce dernier dénonce un montage visant à entraver son travail de journaliste.

Jeudi 28 janvier, la police rwandaise avait annoncé l'arrestation de John Williams Ntwari, accusé de viol sur mineur. Ce mardi, rétropédalage. La mineure a en réalité vingt ans et, cité dans la presse rwandaise, le porte-parole du procureur a estimé qu'il n'y avait pas de preuves « d'usage de la force ».

L'infraction a finalement été requalifiée d'« attentat à la pudeur » et le journaliste a été libéré provisoirement. De retour chez lui, John Williams Ntwari dément ces accusations. Il estime que cette arrestation est liée à son métier de journaliste et assure avoir récemment fait l'objet de menaces lors de sa couverture de l'affaire Rwigara, du nom de cet ancien financier du FPR décédé il y a un an dans un accident de voiture selon la police, assassiné selon sa famille. « J'ai eu des menaces par téléphone par des gens non identifiés, il y a plus de trois-quatre mois. Cette arrestation que j'appelle arbitraire, je la vois comme montage en vue de m'en vouloir pour stopper mon travail de journaliste. »

En novembre dernier, le journaliste avait par ailleurs dénoncé le blocage de ses sites internet au Rwanda. Reporters sans frontières s'est dite « soulagée » de cette libération et s'interroge : « On a vraiment l'impression que ce dossier a été monté de toutes pièces pour nuire à ce journaliste connu pour ses écrits critiques du gouvernement », dénonce l'ONG. Des accusations vertement démenties par la police.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.