Côte d'Ivoire: la coopération avec les Etats-Unis va s'intensifier

« Compact », c'est le nom du programme de coopération que les Etats-Unis sont en passe d'accorder à la Côte d'Ivoire.
© fr.zil/CC/Wikimedias Commons

« Compact », c'est le nom du programme de coopération que les Etats-Unis sont en passe d'accorder à la Côte d'Ivoire. Un programme de dons dont le montant oscille entre 300 et 350 millions de dollars en fonction des projets de développement décidés entre Washington et Abidjan. Une mission du programme de coopération américain, le Millenium Challenge Corporation (MCC), est depuis lundi 8 février à Abidjan pour rencontrer les autorités et se mettre d'accord sur les conditions d'attribution d'une telle aide, que d'autres pays d'Afrique comme le Liberia, le Malawi, le Ghana ou le Benin ont déjà reçue.

Ce programme « Compact » est un signal de plus du retour de la confiance chez les partenaires au développement de la Côte d’Ivoire. Après l’Agence française de développement (AFD), l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) ou l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), ce sont désormais les Etats-Unis qui prennent le pas avec le programme du Millenium Challenge Corporation (MCC).

Pour Terence McCulley, ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, il s’agit d’« un nouveau modèle basé sur un partenariat avec les pays qui se sont engagés dans la promotion de la lutte contre la corruption, la transparence, la bonne gouvernance, les investissements dans les secteurs sociaux ».

Les efforts consentis par la Côte d’Ivoire lui ont permis, dans un premier temps, d’être inclus dans un programme restreint de coopération américaine en décembre 2014. Mais à présent, en ayant rempli au moins dix des vingt critères exigés par Washington, comme par exemple la réforme fiscale, la politique de vaccination, le contrôle de la corruption ou bien la liberté d’expression, Abidjan peut espérer voir plus grand.

Avec le programme « Compact », et une fois que les deux parties auront identifié les projets urgents d’investissement, le gouvernement s’ouvre la voie à une manne importante. Les dons peuvent varier entre 150 et 400 milliards de francs CFA sur cinq ans.