Madagascar: 690 millions de dollars alloués par la Banque mondiale

Le président malgache Hery Rajaonarimampianina à Paris lors du Forum économique francophone, le 27 octobre 2015.
© JACQUES DEMARTHON / AFP

Cette semaine, la Guinée-Conakry et Madagascar ont été les deux premiers pays à bénéficier d’un nouveau prêt développé par la Banque Mondiale. « L’IDA Turnaround Facility » est une enveloppe de financement destinée aux pays les plus pauvres du monde, pour réaliser des projets d’investissements. Montant alloué pour Madagascar : 690 millions de dollars, sur trois ans.

Avec ce nouveau prêt de 690 millions de dollars sur trois ans, la Banque Mondiale veut donner une chance à Madagascar de consolider son développement. L’Etat doit déterminer ses objectifs. Investissements dans l’irrigation ? Les routes ? Le système de santé ?

L’institution financière, elle, versera l’argent, une fois les résultats obtenus, et l’amélioration de la gouvernance démontrée. « La première mesure de gouvernance est que l’Etat gère mieux l’argent qu’il a déjà. Comment il peut utiliser son budget pour des priorités de développement malgache, expose Coralie Gevers, représentante pour la Banque Mondiale à Madagascar. De deux : comment il peut le dépenser de façon à ce qu’il aide vraiment les gens au niveau local pas seulement à Tanna pour qu’ils voient un impact de l’action de l’Etat chez eux... »

Parallèlement, la Banque Mondiale incite l’Etat malgache à faire son maximum pour lutter contre les trafics illicites et la corruption. Mais elle reste cependant lucide sur la fragilité tant politique qu’économique du pays. « La stabilité politique est aussi importante à Madagascar. On ne peut pas faire des réformes partout, tout de suite, poursuit Gevers. Ce qu’on s’attend à voir, c’est une sorte de tableau impressionniste et de se dire : "est-ce qu’en fait, c’est plus beau avant ou c’est moins bien qu’avant ?". Et si c’est plus beau qu’avant, on est prêt à continuer ».

Un prêt sous forme d’encouragement à persévérer, donc. Et les possibilités sont grandes quand on sait que 9 Malgaches sur 10 vivent toujours avec moins de 2 $ par jour.