Ouganda: un rebelle de la LRA, proche de Kony, capturé en Centrafrique

Le chef de la LRA Joseph Kony en novembre 2006
© Reuters/Stuart Price/Pool

Un rebelle ougandais a été capturé lundi 8 février en Centrafrique. Il s’agit de Okot Odek, qui serait un proche collaborateur de Joseph Kony, le numéro un de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA). Odek a été fait prisonnier par des ex-Seleka et remis, selon l’AFP, aux militaires américains qui épaulent les forces africaines dans l’est de la République centrafricaine. Les militaires américains se refusent toutefois à tout commentaire.

Avant de devenir le redouté commandant Sam, Okot George Odek était, comme tant d’autres rebelles de la LRA, un enfant soldat. Enlevé et enrôlé de force à l’âge de huit ans, il gagne vite la confiance du numéro un, Joseph Kony, qui règne sur la LRA d’une main de fer. Selon Invisible Children, une ONG américaine qui traque cette rébellion, le petit Odek deviendra vite l'un de ses gardes du corps. Il l’accompagnera même au Soudan du Sud pour des négociations avec le gouvernement de Kampala en 2008, des pourparlers qui n’aboutiront jamais.

Un ancien négociateur de la LRA, David Matsanga, qui a quitté cette rébellion à la faveur d’une amnistie, se souvient d’avoir vu le très jeune homme dans l’entourage de Kony. Odek finira par diriger une unité d’une cinquantaine de combattants qui ont souvent fait des allers-retours entre le parc national de la Garamba, en République démocratique du Congo, et le Soudan du Sud voisin, toujours selon Invisible Children.

Un fidèle parmi les fidèles

Okot George Odek aura tantôt le grade de colonel, tantôt de lieutenant-colonel, dans une armée rebelle qui donne peu d’importance aux grades, selon Ledio Cakaj, un chercheur et écrivain américain spécialiste de la LRA. Il reste que Odek était, aux yeux de Kony, un fidèle parmi les fidèles.

« C’est une très belle prise, estime Ledio Cakaj. Odek était un homme de confiance. L’an dernier encore, il était dans l’entourage immédiat de Kony. Le fait qu’Odek soit parti est de toute première importance. Pour ceux qui restent, son départ est démoralisant. »

Odek se serait rendu, le week-end dernier, aux ex-Seleka, même si Kony a déjà menacé d’exécuter les déserteurs. Il se trouverait actuellement à Obo, dans l’extrême est de la République centrafricaine.