Procès Habré: ses avocats plaident l'acquittement, verdict le 30 mai

Hissène Habré quittant le tribunal sous escorte, le 15 novembre 2015 à Dakar.
© AFP PHOTO SEYLLOU

Au tribunal de Dakar, les plaidoiries du procès d'Hissène Habré se sont terminées ce jeudi. Le verdict sera rendu le 30 mai prochain. L'ex-président du Tchad est jugé pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de tortures. Ses avocats commis d’office ont donc cherché à prouver qu'Hissène Habré n'avait aucune responsabilité dans les crimes qui lui sont reprochés et ont demandé l’acquittement pour la défense. Le parquet avait requis la perpétuité.

Ils avaient deux jours, un seul a suffi. Les trois avocats commis d'office qui défendent Hissène Habré ont affirmé que les témoins n'étaient pas crédibles, que rien ne prouvait l'implication directe du prévenu dans les exactions, qu'aucune preuve concrète n'avait été versée au dossier.

En quatre-vingt-dix minutes, maître Mbaye Sène a bouclé cette journée de plaidoiries. L'avocat sénégalais a cherché à prouver, comme ses deux confrères, que les charges retenues contre Hissène Habré n'existaient pas. En affirmant dans un premier temps que les témoins n'étaient pas crédibles, notamment Khadija Hassane Zida qui a déclaré à la barre avoir été violé par l’ex-président tchadien.

Des mensonges, estime Mbaye Sène. « Vous voulez, M. le Président, MM. les Juges, accepter qu’on vous dise qu’un chef d’Etat a pu se rabaisser à ce point et coucher avec une dame détenue ? S’est-il emporté. La vérité est une et une seule. »

Habré pas responsable

Les avocats des victimes, comme le parquet, ont affirmé qu'Hissene Habré dirigeait tout, notamment, la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), l'organe de la répression. Pour Mbaye Sène, le véritable coupable s'appelle Bandjim Bandoum, l'un des cadres de la DDS. « Alors on va se fonder sur les déclarations de Bandjim Bandoum pour dire que la DDS était sous les ordres du président Habré. C’est lui ! C’est Bandjim, c’est le tortionnaire ! » A accusé Me Mbaye Sène.

► A (RE)ECOUTER : Procès Habré: avant les plaidoiries, retour sur 4 mois d'auditions

Pour l'avocat, Hissène Habré n'est pas coupable de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre et d'actes de torture. Le prévenu doit donc être acquitté. « En vous livrant l’accusé, je vous demande de l’acquitter purement et simplement. Ça ne serait que justice », a-t-il défendu.

Réactions des parties civiles

Devant la salle d'audience, le président de l'association des victimes, Clément Abaifouta, explique qu'il n'a pas été du tout convaincu par les plaidoiries de la défense. « Ils se sont attaqués aux petits détails. Je me dis quand même qu’il fallait aller au fond du dossier pour que les gens soient informés. Je reste sur ma soif », regrette-t-il.

Pour Jacqueline Moudeina, membre de l'équipe des avocats des victimes la défense d'Hissène Habré n'a pas remis en cause l'existence des crimes. Elle attend une sanction ferme l'encontre de l'accusé. « Depuis quatre mois, personne n’a remis en cause les crimes, même pas la défense. La défense a accepté l’effectivité des crimes et nous sommes sûrs que nous aurons la décision que nous voulons pour les victimes », espère-t-elle.  

► A (RE)LIRE : Procès Habré: «Personne n’y croyait, même pas les victimes»

Les juges vont désormais délibérer. Le président de la cour a annoncé que le verdict de ce procès serait rendu le 30 mai prochain.