Mali: la base de l’ONU à Kidal attaquée

Des casques bleus de la Minusma à Kidal le 22 juillet 2015.
© REUTERS/Adama Diarra

Une nouvelle fois, la force de l'ONU au Mali a été attaquée dans le nord du pays. La base de la Minusma de Kidal a été prise pour cible par des jihadistes présumés tôt ce vendredi matin 12 février. Trois militaires maliens ont également été tués ce vendredi dans la région de Tombouctou, lorsqu'un groupe de militaires maliens est tombé dans une embuscade tendue par des présumés jihadistes

L’attaque a commencé à Kidal à 6h55 ce vendredi matin. Une pluie de roquettes est tombée, selon des témoins, sur le camp de la Minusma. Effet de surprise, les prétendus jihadistes venaient du nord de la ville selon des sources, ils s’y étaient infiltrés la veille selon d’autres sources. D’après RFI, au sol, un hélicoptère de la mission de l’ONU a été également attaqué par les assaillants et un véhicule kamikaze aurait explosé dans le camp.

De leur côté, les casques bleus ont énergiquement réagi et avec de l’armement lourd, les assaillants ont finalement été repoussés. L’attaque a duré plus d'une heure et a fait plusieurs victimes. Trois casques bleus de nationalité guinéenne ont été tués et 30 autres casques bleus blessés, dont cinq dans un état grave d’après les informations recueillies par RFI. La Minusma a réagi tout de suite, un avion a rapidement décollé dans le ciel de Kidal pour pourchasser les terroristes.

Le président allemand attendu au Mali

Depuis, le calme est revenu à Kidal, mais la tension demeure. Le dispositif sécuritaire a été renforcé au sein et autour de la mission de l’ONU dans cette ville du nord du pays.

Une attaque qui intervient quelques jours après la visite à Kidal du nouveau représentant spécial de l’ONU au Mali et alors que ce vendredi, le président allemand est attendu dans le pays. L'Allemagne dirige en ce moment la mission européenne de formation de l'armée malienne et Berlin compte envoyer 650 soldats supplémentaires au sein de la force de l'ONU.


Embuscade à Tombouctou contre des militaires maliens

Trois soldats maliens ont péri vendredi dans une embuscade tendue par des jihadistes dans la région de Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, a-t-on appris de sources militaires. Cette information a été confirmée par un responsable du ministère malien de la Défense.

Deux autres militaires maliens ont été blessés dans cette attaque « mais leur vie n'est pas en danger », a affirmé l'officier de l'armée malienne à Tombouctou, chef-lieu de région. De son côté, le responsable du ministère malien de la Défense a dénoncé une attaque « lâche ».