Le Rwanda veut renvoyer les réfugiés du Burundi vers d'autres pays

Des réfugiés burundais attendent à l'entrée du camp de réfugiés de Nyarugusu, dans le nord de la Tanzanie, le 11 juin 2015.
© AFP PHOTO/STEPHANIE AGLIETTI

Le Rwanda a fait part ce vendredi 12 février de son intention de relocaliser les réfugiés burundais présents sur son sol vers d'autres pays. Une annonce faite par un communiqué du gouvernement rwandais alors que le pays est - malgré ses démentis - de plus en plus pointé du doigt pour son rôle dans la crise burundaise. La semaine dernière, des experts de l'ONU avaient accusé le Rwanda de recruter et d'entraîner des réfugiés présents sur son territoire afin de renverser le président burundais, Pierre Nkurunziza. Des accusations reprises mercredi par les Etats-Unis qui ont reproché au Rwanda de chercher à « déstabiliser » son voisin.

« Le Rwanda a rempli sans hésiter ses obligations de protection des réfugiés », détaille la ministre rwandaise des Affaires étrangères. Cependant, poursuit Louise Mushikiwabo, « la présence à long terme de réfugiés si près de leur pays d'origine, présente des risques considérables pour toutes les personnes concernées ».

Faisant visiblement référence aux accusations d’ingérence dont le Rwanda fait l’objet, la ministre rwandaise a fustigé « l’indifférence totale, aux causes profondes, bien connues, de l’instabilité au Burundi ». « Indifférence » jugée « troublante » par la ministre qui a également qualifié d'« inacceptables » « les malentendus » sur la politique étrangère du Rwanda. Le communiqué annonce donc que le pays envisage de préparer « de manière ordonnée et sure, le transfert des réfugiés burundais vers des pays tiers », sans toutefois préciser lesquels.

Le gouvernement assure avoir d’ores et déjà entamé des démarches auprès de ses partenaires internationaux. « C’était une surprise », a cependant réagi une porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU en charge des réfugiés, qui a précisé que le HCR avait appelé à une réunion d’urgence avec le gouvernement rwandais afin obtenir des « clarifications ».