Ouganda: Yoweri Museveni dans l'arène du débat télévisé

Le candidat à la présidentielle, le président Museveni, serre la main de Mbabazi, ancien Premier ministre et lui aussi candidat, lors du débat télévisé à Kampala.
© REUTERS / James Akena

En Ouganda, pour la première fois, le chef de l'Etat, Yoweri Museveni, s'est prêté samedi 13 février au délicat exercice du débat télévisé dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle du 18 février 2016. Absent du premier débat en janvier dernier, le président au pouvoir depuis 30 ans s'est, cette fois, déplacé.

De larges applaudissements ont accueilli Yoweri Museveni. Mais la soirée a été plus difficile pour lui, obligé de respecter le temps imparti par les journalistes animant le débat. « Malheureusement je vais devoir m’arrêter là. C’est une question de temps. Vous voyez, c’est le problème du débat », s’est exprimé le président.

Les candidats ont répondu chacun leur tour aux questions, sans réellement interagir entre eux. Seul point de discorde entre les candidats : l’intervention de l’Ouganda en RDC.

→ A (RE)LIRE : Présidentielle en Ouganda: dans la rue, la campagne bat son plein

« Je pense qu’il était possible d’engager les Congolais aux côtés des Ougandais pour aboutir à des accords négociés qui n’impliquaient pas le type d’opération et qui a été nettement engagée par le gouvernement », a affirmé Kizza Besigye, opposant historique du Forum pour le changement démocratique (FDC). En réponse, le président Toweri Museveni a rétorqué : « Je rejette ce que ce candidat a dit. C’est faux. Nous sommes intervenus au Congo pour notre propre sûreté. »

Différentes thématiques ont été abordées, mais le comportement de Museveni a été vivement remarqué : le président s’est mis au même niveau que les autres prétendants à la présidence, la première fois en trente ans qu’il se prête à ce genre d’exercice.