Berlinale: «Les Sauteurs», les migrants filmés par un jeune Malien

« Les Sauteurs » (Those Who Jump), un documentaire réalisé par l'Allemand Moritz Siebert et le Danois Estephan Wagner.
© DNK 2016

C'est le thème qui revient dans de nombreux films projetés à la 66e Berlinale : la tragédie des réfugiés ou des migrants fuyant exactions, conflit ou crise économique, et frappant aux portes de l'Europe. Le documentaire « Les Sauteurs » (Those Who Jump), projeté dans la section parallèle Forum sort de l'ordinaire par son dispositif : c'est un immigrant malien qui filme ses conditions de vie à Gurugu, ce bois marocain dominant l'enclave espagnole de Melilla.

Avec notre envoyée spéciale à Berlin,

Ils sont plusieurs centaines, regroupés par nationalité, autogérant dans un bois marocain un camp de fortune en attendant de pouvoir passer en Espagne. Melilla semble si proche, mais si inaccessible aussi, il faut pouvoir escalader trois hautes rangées de barrières sans se faire attraper ou refluer par la police espagnole.

Documenter des mois d'attente et de peur

Les télévisions du monde entier ont déjà filmé les assauts de ces migrants, fuyant leur pays, le Mali, la Côte d'Ivoire, le Soudan... Mais jamais aucun reportage ou film n'avait montré leur vie de l'intérieur. L'Allemand Moritz Siebert et le Danois Estephan Wagner ont confié une caméra au jeune Malien Abou Bakar Sidibé pour qu'il documente ces mois d'attente et de peur. « Il a trouvé des scènes qu’on n’avait jamais imaginées, raconte Estephan Wagner, par exemple, le match de foot. C’est une scène spectaculaire où ils font le match du Mali contre le Côte d’Ivoire où Abou joue le rôle du journaliste sportif… »

Un manifeste

Les Sauteurs est à la fois un manifeste, un témoignage unique, et peut-être aussi l'acte de naissance d'un cinéaste, Abou Bakar Sidibé, crédité comme co-réalisateur de ce documentaire.

 

Le programme du 66e festival du film de Berlin, du 11 au 21 février.