Assassinat du général Gueï: perpétuité requise contre deux officiers

Trois des personnes suspectées d'avoir participé à l'assassinat du général Robert Gueï en Côte d'Ivoire.
© SIA KAMBOU / AFP

En Côte d'Ivoire, la prison à perpétuité a été requise contre Anselme Seka Yapo et Bruno Dogbo Blé. De 10 à 20 ans de prison contre les 17 autres prévenus présents dans le box. Pour le procureur du tribunal militaire d'Abidjan, cela ne fait guère de doute, ces hommes ont tous participé à l'assassinat du général Robert Gueï, le 19 septembre 2002, quelques heures après une tentative de coup d'Etat contre le régime de Laurent Gbagbo. Un acte qui, selon le parquet militaire, avait été planifié de longue date «au plus haut sommet de l'Etat.»

« C'était un plan machiavélique prémédité de longue date au plus sommet de l'Etat. » Les mots sont du procureur militaire. Dans ses réquisitions Ange Kessi s'est dit convaincu que Laurent Gbagbo avait au minimum donné son feu vert à l'assassinat du général Gueï. « Il savait, il a autorisé », a-t-il poursuivi. Tout cela était prémédité pour « éliminer les opposants ».

C'est ainsi la peine la plus lourde, la perpétuité qui a été requise contre les deux principaux accusés de ce procès. Bruno Dogbo Blé, alors chef de la garde présidentielle, et Anselme Seka Yapo, « l'homme qui a tiré sur Robert Gueï », selon le procureur militaire.

Des réquisitions contre lesquelles s'insurge Rodrigue Dadjé, un des avocats de la défense. « Aujourd’hui, Ange Kessi peut prétendre dire que c’est Gbagbo qui a donné les ordres pour qu’on tue Gueï. Mais c’est extrêmement grave ! Je suis désolé mais ce n’est pas un procès, c’est un procès politique pour lequel les décisions ont été rédigées à l’avance. Nous allons avoir une décision qui va venir condamner des gens contre qui il n’y a pas d’éléments de preuve. »

Aucun élément probant, ils l'ont ainsi annoncé, les avocats de la défense vont demander l'acquittement lors de leur plaidoirie ce mercredi. La Cour devrait ensuite se retirer, puis le verdict de ce procès sera attendu…plus de treize ans après le meurtre du général Robert Gueï.