Mali: les familles des victimes du drame de La Mecque s'impatientent

Des pèlerins à Mina, près de La Mecque, où 717 personnes dont au moins 320 Maliens ont trouvé la mort dans une bousculade jeudi 24 septembre 2015.
© REUTERS/Ahmad Masood

En septembre dernier, la bousculade de Mina, à la Mecque, avait fait plus de 2200 morts, selon le cumul des derniers bilans communiqués par les pays des victimes. Parmi ces victimes, plus de 300 Maliens. Aujourd'hui, leurs familles sont en colère : elles attendent toujours des réponses sur le déroulé de cette tragédie.

320 Maliens sont officiellement recensés parmi les victimes de la bousculade de Mina. Mais des certificats de décès, les familles n'en ont reçu que 40. Autorités saoudiennes, maliennes et agences de voyages se renvoient la responsabilité.

Et les familles, cinq mois après la mort de leurs proches, n'ont toujours pas les documents. Le Collectif des familles de victimes compte par ailleurs lancer une action auprès de la justice saoudienne. Malick Konaté, le secrétaire général du Collectif, attend des réponses, mais aussi un geste de la part de l’Arabie saoudite.

« La plainte que nous comptons déposer dans les jours à venir c’est juste deux choses : demander d’abord ce qui s’est passé réellement à la Mecque ce jour-là. L’autorité saoudienne fait silence radio. Il n’y a aucune information qui passe entre l’autorité saoudienne et les autres pays. Maintenant, deuxième chose : c’est d’avoir une indemnisation pour les familles », explique-t-il.

En plus des 320 victimes officielles, 27 Maliens sont toujours portés « disparus » : des analyses ADN sont en cours pour permettre de les identifier parmi les dépouilles demeurées sans nom.