«L’Homme qui répare les femmes», enfin célébré au cinéma

«L’Homme qui répare les femmes», un documentaire sur le Docteur Denis Mukwege, réalisé par Thierry Michel et Colette Braeckman.
© DR

C’est un documentaire aussi utile que poignant, un film militant, signé Thierry Michel et Colette Braeckman, qui sort ce mercredi 17 février dans les salles en France. Un focus sur le docteur Denis Mukwege, Prix Sakharov 2014, internationalement connu comme «L’Homme qui répare les femmes», ces milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

« Chaque femme violée, je l’identifie à ma femme. Chaque mère violée, je l’identifie à ma mère. Et chaque enfant violé, je l’identifie à mes enfants. Comment pouvons-nous nous taire ? » nous demande le docteur Mukwege dans le film.

La lutte incessante du docteur Mukwege

Aujourd’hui, il est menacé de mort et vit cloîtré dans son hôpital de Bukavu sous la protection des Casques bleus de la mission des Nations Unies au Congo. Le docteur Denis Mukwege ne se contente pas de réparer - physiquement et psychologiquement - les femmes victimes de viols. Il mène une lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables.

Le courage des femmes, la plus belle des victoires

Le film propose un portrait en miroir. D’un côté le docteur accueillant des femmes dévastées - et souvent abandonnées par leur famille – dont il est le dernier espoir. De l’autre, ces femmes qui se reconstruisent, pas à pas, et (re)donnent au médecin des raisons d’espérer, lorsque celui-ci, saisi par le doute et le découragement, se demande s’il ne devrait pas jeter l’éponge. Car ces femmes sont souvent devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix. Et c’est sans doute la plus belle victoire du docteur Mukwege.