Mali: dernier hommage rendu aux casques bleus guinéens tombés à Kidal

Le Tchadien Mahamat Saleh Annadif, patron de la force onusienne déployée au Mali, la Minusma, rend hommage aux casques bleus morts vendredi à Kidal, ce mercredi 17 février 2016 à Bamako.
© HABIBOU KOUYATE / AFP

Sept cerceuils recouverts du drapeau bleu de l'ONU. Un dernier hommage a été organisé ce mercredi 17 février au quartier général de la Minusma à Bamako, pour les casques bleus tués vendredi dans leur camp à Kidal, dans le nord du Mali. Ces soldats étaient guinéens. Parmi eux : une femme. Leurs dépouilles seront rappatriées à Conakry par avion. L'attaque avait été revendiquée par les islamistes armés du groupe Ansar Dine.

Les sept corps arrivent dans la cour du Quartier général de la mission de l’ONU à Bamako. La cérémonie commence en présence de quelques centaines de personnes alors que résonne l'hymne national du Mali et de la Guinée.

Très ému, le commandant en chef des troupes Onusiennes au Mali prend la parole. Général Michael Lollesgaard : « Nous sommes tous consternés...».

Les casques bleus disparus sont décorés à titre posthume. Le patron de la mission de l’Onu intervient à son tour. Mahamat Saleh Annadif rend notamment hommage à la femme du groupe disparu : « Pour la toute première fois nous déplorons la perte d’une sœur, ajoutant encore de l’ignominie à la barbarie de l’attentat. Deux autres femmes de rang comptent également parmi les blessés. Ces sacrifices renforcent encore notre détermination dans la quête d’une paix définitive dans ce pays ».

La sonnerie aux morts pour marquer la fin de la cérémonie.