Présidentielle en Ouganda: Museveni termine sa campagne électorale

L'actuel président ougandais Yoweri Museveni, candidat à sa propre succession, lors de son dernier meeting à Kampala, le 16 février 2016.
© Isaac Kasamani / AFP

Mardi 16 février marquait le dernier jour de campagne pour les 8 candidats à l’élection présidentielle. Les deux principaux opposants à Museveni, Kizza Besigye et Amama Mbabazi ont organisé des meetings dans différents endroits de la capitale. La police était très présente un peu partout dans Kampala où la tension est montée d’un cran lundi. Des violences ont fait au moins un mort. Museveni a lui organisé un grand rassemblement à Kololo Airstrip.

Yoweri Museveni s’est exprimé pendant près d’une demi-heure en luganda, une des langues locales du pays. Il s’est contenté d’une intervention de trois minutes en anglais lors de laquelle il a rappelé la démarche du NRM, le parti présidentiel.

« Le message du NRM se définit en 8 mots. Le 1er, l’unité qui crée de la force. Cette force crée la paix. Et la paix apporte le développement. Le développement apporte de la richesse. Et la richesse crée des emplois. Et enfin, j’ai parlé de la stabilité politique… Ceci en donnant une majorité suffisante au NRM pour conduire le pays avec stabilité », a-t-il lancé.

Ses supporters étaient présents, comme cette jeune fille de 18 ans, Viola. Elle n’a jamais connu d’autre président que Museveni, mais cela importe peu. « Je pense qu’il est le chef légitime pour conduire l’Ouganda. Il a conduit le pays dans le passé et je crois que sans lui l’Ouganda n’est rien. L’Ouganda est un pays libre… Avec la liberté de parole, liberté de religion. On est libre de dire ce que l’on veut », soutient-elle.

Des milliers de personnes s’étaient déplacées, et ont attendu leur candidat de nombreuses heures sous un soleil cuisant. Pourtant, beaucoup sont partis avant même la fin de son intervention. Les plus critiques affirment que ceux-là n’étaient venus que pour les chanteurs, l’argent distribué et les t-shirts gratuits.