Sénégal: pour l'opposition, Macky Sall a «manqué à son devoir»

Le président sénégalais Macky Sall.
© AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Au Sénégal, 48 heures après l’allocution de Macky Sall, les principaux partis d’opposition, le PDS d’Abdoulaye Wade et le Rewmi d’Idrissa Seck ont réagi à l’annonce du chef de l’Etat de poursuivre son mandat jusqu’en 2019, suite au rejet du Conseil constitutionnel de réduire le mandat en cours de 7 à 5 ans.

Avec notre correspondant à DakarGuillaume Thibault

Le PDS, le parti d’Abdoulaye Wade, a préféré attendre la tenue d’un comité directeur avant de s’exprimer sur le choix de Macky Sall de poursuivre son mandat jusqu’en 2019 suite à l’avis du Conseil constitutionnel.

Amadou Sall
18-02-2016 - Par Guillaume Thibault

Le parti d’opposition estime que cet avis n’est pas contraignant. Pour Amadou Sall, le président n’a pas respecté sa parole. « Le chef de l’Etat, M. Macky Sall a manqué à son devoir, a-t-il estimé. Le refus de soumettre au peuple, seul détenteur de la souveraineté, la question relative à la réduction de la durée du mandat du président de la République et son application au mandat en cours, enlève toute pertinence au référendum annoncé. »

Autre prise de position de l’opposition, celle de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck. Lors d’une conférence de presse, à l’image d’un candidat en campagne, il a appelé au renouveau. « C’est un déshonneur que de violer sa parole et son engagement. Il nous faut à présent tourner sa page et fixer un cap vers le vrai changement qui abrégera les souffrances du peuple sénégalais. »

Des déclarations qui ne semblent pas inquiéter les autorités. Le Premier ministre a accusé l’opposition de ne pas jouer son rôle, de ne pas participer au débat démocratique.