Cameroun: au moins 20 morts dans un attentat-suicide

Un attentat-suicide a fait plus de 20 morts sur le marché de Mémé, localité de l'Extrême-Nord du Cameroun, le 19 février 2016.
© GOOGLE MAPS

Un double attentat-suicide a fait ce vendredi matin au moins 20 morts et plusieurs dizaines de blessés sur un marché à Mémé, dans le nord du Cameroun. Deux jeunes femmes, profitant de la journée de vendredi, jour du marché, se sont fait exploser. Un nouvel attentat attribué à Boko Haram.

Le scénario est toujours tristement le même : c'est jour de marché, nous sommes vendredi, les kamikazes avancent masquées. Elles étaient de soi-disant vendeuses d'assiettes. Comme dit le ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakaray, « le moment est choisi, les femmes, les mères sont sorties, elles font leurs courses, la foule est bigarrée ».

C'est le sixième attentat-suicide perpétré dans l'Extrême-Nord depuis le début de l'année. Depuis que les islamistes nigérians, ralliés à l'organisation de l'Etat islamique, ont commencé à attaquer le territoire camerounais en 2013, plus de 1 200 personnes ont été tuées dans la région de l'Extrême-Nord, selon un décompte du gouvernement.

« La guerre est gagnée, affirme Issa Tchiroma Bakary, mais comment voulez-vous stopper ce type d'actions ? » Du 11 février au 14 février, l'armée camerounaise a mené une importante offensive à Ngoshé, au Nigeria, et a infligé de lourdes pertes aux terroristes.

Pour le consultant défense et spécialiste de Boko Haram, Raoul Sumo Tayo, le Cameroun est « en passe de gagner la guerre porprement dite, sur le plan militaire » mais il faut maintenant gagner « la bataille des coeurs », développer le social, « d'abord l'éducation », et l'économie dans l'Extrème-Nord avec un « véritable plan Marshall pour la région ». C'est cette guerre-là qu'il faut remporter avec le soutien de la communauté internationale, sans quoi ces attentats-suicides ne s'arrêteront pas.

Il est important que les autorités camerounaises et les bailleurs de fonds internationaux investissent massivement dans les activités génératrices de revenus.
Raoul Sumo Tayo
19-02-2016 - Par Jean-Jacques Louarn