Ouganda: nouvelle arrestation de l'opposant Kizza Besigye

Ancien compagnon de route désormais challenger, Kizza Besigye a voté jeudi 18 février à Rukungiri, petite ville à l'ouest de Kampala.
© REUTERS/Edward Echwalu

Kizza Besigye, le principal opposant au président sortant Yoweri Museveni, et son challenger dans la course à la présidence engagée hier, a été une nouvelle fois interpellé à la mi-journée alors que le vote se poursuit dans certains bureaux de vote. Il a été arrêté à son quartier général puis emmené dans un fourgon de police.  

La police est toujours présente au quartier général du responsable politique. A priori elle s’est présentée au siège du parti vers midi et a emmené Kizza Besigye ainsi que d’autres personnalités du parti. Plusieurs personnes se sont rassemblées et ont été dispersés par des tirs de gaz lacrymogène.

Les raisons de cette interpellation n’ont pas été données officiellement, mais Kizza Besigye allait donner une conférence de presse qui aurait fait suite à l’annonce par la Commission électorale cette nuit des premiers résultats, des résultats évidemment très partiels et à prendre avec des pincettes, d'autant que le vote n'est pas terminé. Ils placent Museveni en tête avec 63 % des voix et 32 % seulement pour Besigye. Une avance qui en a surpris plus d’un, comparée au sondage qui plaçait Museveni en tête la semaine dernière avec 53 % des voix.

Les interpellations se multiplient, elles sont quasiment quotidiennes. La police est très présente, l’armée aussi. Les forces de l’ordre patrouillent et sont stationnées un peu partout dans la capitale. L’autre candidat de l’opposition Amama Mbabazi a lui aussi reçu la visite de la police ce vendredi. La tension est bien palpable à Kampala alors que le vote se poursuit ce vendredi dans les bureaux où pour des raisons logistiques la procédure n'avait pu aller à son terme hier.