RDC: le président de la Céni s’exprime sur le processus électoral

Un agent électoral de la Céni au milieu des sacs de bulletins de vote, à Kinshasa, 3 décembre 2011.
© © AFP / Gwenn Dubourthoumieu

Les délais constitutionnels sont-ils encore tenables en République démocratique du Congo ? Pas si vous voulez des élections crédibles, a répondu en substance jeudi le président de la commission électorale devant des délégués des partis politiques réunis au Palais du Peuple, le Parlement congolais. Une réunion pour faire le point sur les difficultés qui entourent le processus électoral

« Si vous voulez le respect des délais constitutionnels, qu'on organise les élections en novembre 2016, le schéma est clair, dit le président de la Céni, acceptez qu'on organise ces élections avec le fichier électoral de 2011 » 

Corneille Nangaa a interpellé les délégués dans la salle : « Est-ce que tous les acteurs politiques sont d'accord ? Est-ce que ceux qui avaient soulevé la question des nouveaux majeurs sont prêts à y aller sans ces nouveaux majeurs ? ». Brouhaha dans la salle. Conclusion de Corneille Nangaa : On ne peut pas organiser les élections en 2016 sans traiter la question du fichier électoral, qui est « un vrai problème », insiste le président de la Céni. Et Corneille Nangaa ajoute : « C'est là où ça vous amène, là où vous savez ». Comprendre : vers l'impossibilité de la tenue de l'élection constitutionnellement prévue en 2016, à savoir la présidentielle.

Autre argument avancé par le président de la commission électorale : le calendrier global. Publié l'an dernier et jamais respecté, il prévoyait une mise à jour du fichier électoral... et ne prévoyait pas de révision du fichier, explique encore aux délégués des partis politiques Corneille Nangaa. Aujourd'hui, il faut une révision, insiste-t-il. En guise de justification, il évoque notamment la circulation des cartes d'électeurs retrouvées sur de présumés infiltrés burundais. Sur cette question comme sur d'autres, conclut le président de la Céni, « il faut un consensus des acteurs ».