Zimbabwe: comment s’éterniser au pouvoir en dix leçons

Robert Mugabe le 21 février 2015.
© Philimon Bulawayo/Reuters

Robert Mugabe, 92 ans, est au pouvoir depuis trente-six ans. Son parti l’a une nouvelle fois désigné comme candidat pour la prochaine présidentielle en 2018. De multiples raisons expliquent son extraordinaire longévité politique. Guide pratique.

1-  Passe ton bac d’abord

A l’école, prenez place au premier rang et dévorez les livres (Machiavel est en tête de liste). Même si vous êtes issus d’un milieu rural pauvre, vous impressionnerez des missionnaires catholiques qui vous indiqueront la voie à suivre pour décrocher des bourses et étudier à l’étranger. (Mugabe a étudié à l’université de Fort Hare, en Afrique du Sud). Votre talent vous vaudra sans doute des invitations dans des pays récemment libérés (Mugabe a enseigné au Ghana de Kwame Nkrumah). Ce sera une expérience enrichissante qui impressionnera vos camarades de lutte et les grands de ce monde, qui décideront de miser sur vous.
 
2- La lutte et rien que la lutte
Votre éducation et vos voyages (cf leçon 1) appuieront votre légitimité en tant que dirigeant. Vos sacrifices durant la lutte pour la libération feront le reste. Vous serez sans doute incarcéré. Profitez-en pour parfaire votre éducation. Négociez avec vos geôliers des cursus universitaires à distance (Mugabe a passé deux diplômes universitaires de sa cellule). Soyez généreux, transmettez vos savoirs à vos codétenus, ils n’en seront que plus reconnaissants.
 
3- Donnez des gages
Une fois au pouvoir, ne vous séparez pas des précieux experts, fussent-ils en poste sous l’ancien régime. Autorisez aussi les industriels, fussent-ils des colons, à amasser des dollars. Ils rempliront votre assiette fiscale et vous pourrez financer des programmes pour le bien-être de votre pays. (Mugabe a bâti des centaines d’écoles secondaires et de nombreux dispensaires de santé pendant ses premières années au pouvoir. Il a aussi mis en œuvre un programme en faveur des ouvriers agricoles noirs). Vous serez ainsi populaires à la maison et au-delà des frontières. Donnez d’autres gages à la communauté internationale en reconduisant, ne serait-ce que pour un temps, les anciens chefs sécuritaires. Veillez néanmoins à dissuader vos éventuels concurrents et n’hésitez pas à employer la manière forte au cours de votre premier mandat. (Mugabe est accusé d’avoir fait tuer vingt mille personnes dans les années 1980 dans le fief de Joshua Nkomo, son rival au sein du mouvement de libération.) Cela jettera de l’ombre à votre tableau de chef d’Etat bienveillant, mais dites-vous que c’est une bonne assurance-vie.
 
Les bons voisins, c’est pour la vie !
Vous leur avez rendu service quand ils n’avaient plus d’huile ou quand ils devaient traverser votre territoire pour des actions de guérilla contre leurs gouvernements avant leurs indépendances. Ils seront bien disposés à votre égard. Si certains sont timides et n’osent pas critiquer la communauté internationale, rendez-leur service en vous acquittant avec brio de cette tâche lors de vos longs discours.
 
4- A vos ordres !
Assurez-vous de la loyauté totale des membres de l’appareil sécuritaire : armée, services de police et de renseignements doivent être acquis à votre cause et à celle du parti que vous dirigez. Choyez-les. Ne lésinez pas sur les promotions. Nommez les retraités à de hautes fonctions, placez-les à la tête d’entreprises publiques. Accordez aussi un large accès des militaires aux ressources minérales, par exemple les diamants. (En 2008, Mugabe a déployé à tour de rôle différentes unités de l’armée pour « sécuriser » les champs de diamants de Marange, et une société dirigée par des militaires est en charge d’une partie de l’activité d’extraction). En parallèle, constituez des milices de la jeunesse et des groupes paramilitaires d’ex-vétérans pour les missions sensibles.
 
5- Politique contre nourriture
Organisez des distributions sélectives de nourriture et d’engrais agricoles. Vérifiez bien la loyauté des récipiendaires. Demandez-leur quel chant et quel slogan sont actuellement entonnés à l’issue des réunions du parti politique par exemple. Accentuez l’exercice en phase pré-électorale. (L’ONG Zimbabwe Peace Project a documenté ces pratiques depuis 2005).
 
6- La violence
C’est une arme utile pour neutraliser vos opposants, de l’intérieur et de l’extérieur. Deux cents partisans de Morgan Tsvangirai, candidat du parti d’opposition MDC, ont été tués pendant la présidentielle de 2008. Tsvangirai, arrivé en tête au premier tour, a renoncé à se présenter pour le deuxième tour, et Mugabe l’a emporté. 
 
7- La triche
Tant d’étapes séparent le vote de la promulgation des résultats ! N’hésitez pas à en profiter. Vous pouvez notamment « assister » les électeurs âgés ou analphabètes. Annulez les votes suspects et imprimez de nombreux bulletins, il vaut mieux prévenir que guérir. (Au micro de RFI en janvier 2016, l’ancien porte-parole de la ZANU-PF, Rugare Gumbo, a reconnu qu’un vaste système de fraudes avait été mis en place lors de plusieurs scrutins). Si des nations ennemies souhaitent envoyer des missions d’observation, elles ont besoin de votre accréditation. (Les observateurs occidentaux n’ont pas été autorisés à couvrir les scrutins présidentiels de 2008 et 2013).
 
8- Des galons pour les rivaux
Si la violence et l’intimidation ne suffisent pas, nommez vos rivaux à des postes importants (en apparence). Vous pourrez mieux les contrôler une fois qu’ils seront dans l’appareil. Une fois en poste, veillez à ne leur laisser aucune marge de manœuvre, et peu de pouvoirs de décision. Ils seront gagnés par la lassitude et se consoleront par le luxe. Ils finiront par céder à tous les vices. L’unique chaîne de télévision du pays, où vous avez nommé vos amis, se fera l’écho de leurs écarts. Cela supposera dans un premier temps une certaine orchestration, mais le temps fera son travail et vos rivaux finiront par se discréditer d’eux-mêmes. (Mugabe a neutralisé Joshua Nkomo en le faisant nommer vice-président en 1990. Morgan Tsvangirai a prêté serment en 2009 en tant que Premier ministre. Mugabe n’a eu de cesse de semer des obstacles sur son chemin. Son train de vie flamboyant et ses noces coûteuses en 2012 ont choqué jusque dans ses rangs).
 
9- Brouillez les pistes
Personne ne doit se sentir à l’aise, même vos plus fidèles soutiens. Soufflez le chaud et le froid. Ecartez les ambitieux pour les reconduire plus tard. Quand les appétits s’aiguisent pour votre succession et que deux personnalités s’imposent, sortez une troisième option (pourquoi pas votre épouse) de votre chapeau.
 
10- Et surtout la santé
Respecter une stricte hygiène de vie. Ne fumez pas. Levez-vous aux aurores et commencez votre journée par des exercices physiques. Emmenez votre famille dans un pays ami pour vos vacances et vos examens médicaux. Vous vous délecterez des spéculations sur votre mort imminente.

Retrouvez les précédents articles de notre série Zimbabwe Exclusif ici.