Afrique du Sud: marche contre le racisme ou défilé politique?

Les membres du Congrès national africain, le parti du président sud-africain Jacob Zuma, marchent vers le siège de l'opposition, l'Alliance démocratique, le 20 mars 2015.
© REUTERS/Mike Hutchings

En Afrique du Sud, plusieurs milliers de personnes ont défilé contre le racisme vendredi 19 février à Pretoria alors que depuis quelques mois, les relations raciales se sont tendues dans le pays. Organisée par l’ANC, le parti au pouvoir, la marche avait pour étape finale le siège du gouvernement afin de remettre un mémorandum au chef de l'Etat.  

Tous les poids lourds de l'ANC, le parti au pouvoir, étaient dans la rue. Tous ont dit « non » au racisme.

Depuis le début de l'année, les relations raciales se sont tendues. « Nous devons nous considérer comme des hommes. C'est uniquement quand nous serons arrivés à ce stade que nous pourrons parler d'une société non raciale », s’est exprimé Gwede Mantashe, secrétaire générale de l'ANC. Il a poursuivi : « Cela inclut de lutter contre le préjugé qu'il y a une Nation, une race spéciale, qui a des droits privilégiés, qui doivent être défendus. Il s'agit de l'égalité des opportunités et des droits dans ce pays. »

→ A (RE)LIRE : Afrique du Sud: face à une vague de racisme, Zuma appelle à l'union

Malgré l’enthousiasme politique, la marche n'a pas eu le succès escompté. Pour cause, le parti au pouvoir est accusé de capitaliser sur ces incidents racistes à quelques mois des élections municipales. En témoignent les affiches présentes dans le cortège portant l’inscription : « Votez pour l'ANC ».

Ajouté à cela le discours du gouverneur de la province David Makkhura qui a accusé le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique, d'être un parti de raciste : « Nous savons tous quel est aujourd'hui le plus gros parti raciste. Dites-moi, quel est ce parti raciste en Afrique du Sud ? »