Un mystérieux cadavre découvert dans un avion transportant des billets

L'aéroport de Harare, au Zimbabwe, où l'appareil a été immobilisé une semaine.
© Crédit: Macvivo at English Wikipedia

L'histoire est digne du meilleur polar : un avion-cargo transportant 67 tonnes de billets de banque à destination de la Banque centrale sud-africaine a été immobilisé pendant une semaine au Zimbabwe après la découverte d’un cadavre à bord. L’avion a finalement décollé dans la nuit de vendredi à samedi, mais l’identité du défunt demeure mystérieuse. Interpol a lancé une alerte internationale pour l'identifier.

Dimanche 14 février au matin, l’avion de la compagnie américaine Western Global Airline se pose à l’aéroport d’Harare pour une brève escale technique. L’appareil a décollé de Munich en Allemagne et transporte à son bord des millions de rands, 67 tonnes de cash qui doivent être livrées à Durban, en Afrique du Sud.

Il s’agit d’une commande de la Banque centrale sud-africaine, qui sous-traite à l’étranger l’impression d’une partie des billets de banque distribués dans le pays.

Mais l’escale tourne rapidement au drame lorsque les techniciens de l’aéroport d’Harare remarquent que du sang coule d’une porte de l’avion. Lorsqu’ils parviennent enfin à ouvrir ce compartiment, les techniciens découvrent avec horreur le cadavre d’un homme, dans un état de décomposition avancé.

L'équipage interpellé

Selon les premiers éléments de l’enquête, le corps qui portait des traces de brûlures était déjà rongé par les vers et impossible à identifier. L’homme serait mort d’asphyxie, mais on ignore toujours comment il s’est retrouvé dans ce compartiment isolé de l’avion.

L’équipage de l’appareil, trois Américains, un Pakistanais et deux membres de la Banque centrale sud-africaine auraient été rapidement interpellés par la police zimbabwéenne.

Une tentative pour se débarrasser du corps ?

Selon la presse, le pilote aurait demandé un atterrissage d’urgence au Mozambique, avant de se poser à Harare. Une manœuvre d’autant plus inhabituelle que ce type de long courrier a normalement la capacité de couvrir une telle distance sans ravitaillement. La police soupçonnerait donc l’équipage d’avoir voulu se débarrasser du cadavre lors de cette escale technique.

Cette incroyable affaire a provoqué une vive inquiétude du côté de la Banque centrale sud-africaine, pressée de récupérer ses millions. L'Afrique du Sud a même proposé d'envoyer des soldats en renfort, mais l'offre a été rejetée par le Zimbabwe. Après une semaine de pourparlers avec les autorités zimbabwéennes, l’appareil a finalement été autorisé à décoller pour l’Afrique du Sud vendredi soir.