Elections au Niger: affluence dans les bureaux de vote

Les électeurs affluent dans les bureaux de vote à Niamey lors des élections législatives et présidentielle, au Niger, le 21 février 2016.
© REUTERS / Joe Penney

Plus de sept millions et demi de Nigériens sont appelés aux urnes dimanche 21 février pour voter lors des élections législatives et présidentielle à travers le pays. Plusieurs bureaux ont ouvert avec plus d'une heure de retard, à cause du manque de matériel électoral ou l'absence des membres du bureau de vote, sans pour autant décourager les électeurs.  

Dans l’école Yantala 2 de Niamey, transformée en bureau de vote pour l’occasion, les électeurs patientent.

Certains attendent leur tour depuis deux heures sous des arbres ou assis dans le sable. Le vote se déroule à la chaîne, mais lentement. La cause : il n’y a qu’un isoloir dans chaque bureau de vote, sachant que chaque électeur doit voter deux fois pour les législatives et la présidentielle.

Dans la longue file d’attente d'un autre quartier de Niamey, Abdelmalek n’est pas découragé : « Ça fait au moins quatre heures que je suis là. En tout cas, jusqu’à présent, on attend. Je fais mon devoir pour finir, pour partir. »

A Niamey la capitale, les électeurs témoignent sur les conditions de déroulement du vote
21-02-2016 - Par RFI

Des retards observés dans certains bureaux de vote

Pourtant, des retards ont été observés à l’ouverture des scrutins. La Commission électorale nationale indépendante (Céni) rassure : ils ne concernent qu’une infime partie des bureaux de vote.

C’est le cas à Agadez, ville située aux portes du désert. Malgré les retards d’ouverture, les électeurs ont patienté pendant que les membres des bureaux se sont activés à mettre en place les dispositifs de vote. La dimension sécuritaire a par ailleurs été aussi sérieusement prise en compte. On constate en effet la présence dissuasive des forces de sécurité, prêtes à intervenir en cas de problèmes.

La Céni confirme également que plusieurs partis politiques l’ont alertée sur l’absence de bulletins de leur candidat aux législatives dans différentes communes. La Céni dit tout faire pour régler ces problèmes.

« Le retard est dû à l’affectation du matériel de bureau de vote. Mais question aspect sécurité, tout va très bien. On opère dans le calme, dans la tranquillité », a témoigné Bachir Amadou, président d’un bureau de vote. 

La crainte de fraudes

Pour l’heure, les électeurs continuent d’affluer même si aucun taux de participation n'est enocre communiqué. Les bureaux ferment à 19 heures, sauf dans la région de Diffa et le département de Bilma où la clôture est prévue à 18 heures.

« Il n’y aura qu’un seul grand vainqueur à l’issue du scrutin, a déclaré pour sa part le président Mahamadou Issoufou ce matin après avoir voté, ce sera le Niger. »

Quinze candidats briguent le fauteuil présidentiel. Mahamadou Issoufou, le sortant, table sur une victoire dès le premier tour tandis que ses rivaux disent craindre des fraudes.