Présidentielle au Tchad: Kebzabo se lance et veut unir l'opposition

Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), lors d'une rencontre à Ndjamena le 23 avril 2011.
© Gael COGNE / AFP

Au Tchad, le chef de file de l’opposition Saleh Kebzabo se lance dans la course pour la présidentielle du 10 avril prochain, à une semaine de la fin du dépôt des candidatures. Le président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR) a appelé toute l’opposition à se donner la main pour mettre fin à 26 ans de règne d’Idriss Déby Itno.

C’est devant une salle surchauffée scandant des slogans appelant au changement, mais aussi des dizaines de chefs de partis politiques d’opposition et des délégations étrangères, que le chef de file de l’opposition a prononcé son discours d’investiture. Ce texte résume en une quinzaine de points l’essentiel de son programme politique. Un programme qui, dit-il, va limiter en priorité le nombre de mandats à la présidence de la République et mettre en place un système politique où les institutions joueront véritablement leur rôle.

→ A (RE)LIRE : Tchad: l'opposant Saleh Kebzabo appelle au dialogue avec le pouvoir

Il est temps de mettre fin à 26 ans de règne du président Idriss Déby, appelle Saleh Kebzabo. « Nous vivons des malheurs depuis 26 ans. 26 ans de liberté confisquée et violée, déplore le chef de l'opposition. Camarades, debout et en avant ! Nous allons entamer à partir d’aujourd’hui cette marche triomphale qui nous mènera inéluctablement vers la victoire. Nous y arriverons parce qu’il y en a marre. Nous y arriverons parce que trop, c’est trop. Trop, c’est trop ! Nous y arriverons parce que ça suffit ! Ça suffit ! ».

→ Lire aussi : Saleh Kebzabo: « Déby doit revoir vraiment toute sa diplomatie »

Mais pour y arriver, rappelle le chef de l’opposition, les partis qui sont vraiment décidés à obtenir l’alternance doivent se donner la main et mutualiser leurs moyens pour barrer la route à la fraude électorale le 10 avril prochain.