RDC: rencontre entre l'opposition et la Céni pour la présidentielle

Des militants de la Dynamique de l’opposition réunis en meeting, le 4 février 2016, à Kinshasa, RDC.
© RFI/Sonia Rolley

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) et la Dynamique de l'opposition ont tenu une réunion, ce dimanche 21 février, à Kinshasa. Les deux parties ont échangé sur la faisabilité des élections en RDC en cette année 2016. La Céni a évoqué les difficultés auxquelles elle est confrontée et qui ne lui seraient pas imputables. Mais pour la Dynamique de l'opposition, il faut donner priorité à l'élection présidentielle qui est très importante et constitutionnelle.

Ils étaient tous là, les poids lourds de la Dynamique de l’opposition : L'UNC (Union pour la Nation congolaise) Vital Kamerhe, l’Ecidé (Engagement pour la citoyenneté et le développement) Martin Fayulu, le Fonus (Forces novatrices pour l'union et la solidarité) Joseph Olenghankoy et bien d’autres. En face, les membres de la Commission électorale nationale indépendante avec à leur tête, le président de la structure, Corneille Nangaa.

→ A (RE)LIRE : RDC: l’opposition exige de la Céni un calendrier électoral

Près d’une heure d’échanges dans un climat plutôt convivial, photo de famille à la sortie. « C’est le peuple congolais dans son ensemble qui est l’unique et seul patron de la Céni, a martelé Joseph Olenghankoy, le modérateur de la Dynamique de l’opposition, le premier à prendre la parole. La Céni doit respecter notamment la date des élections présidentielles, parce que ça, ça ne demande pas beaucoup de choses, beaucoup de formules, c’est une date connue dans la Constitution. »

→ Lire aussi : RDC: le président de la Céni s’exprime sur le processus électoral

« La Céni a sa part, les institutions aussi, et on les attend pour leur contribution », a enchaîné le numéro un de la Céni, Corneille Nangaa, qui a aussi interpellé la classe politique dans son ensemble : « Et nous avons aussi dit qu’il y a aussi des questions qui dépendent des options politiques et que ça, ce n’est pas le travail de la Céni, a-t-il ajouté. Nous attendons les voir prendre ces options politiques avec les autres, et ça nous permettra d’avancer ». La Céni va poursuivre les contacts avec les autres groupes intéressés aux futures élections.