Le chef de la diplomatie burkinabè prône la «confiance» en Côte d'Ivoire

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères Alpha Barry (à g.) a rencontré le président ivoirien Alassane Ouattara à Abidjan, le 22 février 2016.
© SIA KAMBOU / AFP

Le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso était en visite à Abidjan ce lundi 22 février. Alpha Barry est le premier officiel du pays « des hommes intègres » à se rendre en Côte d’Ivoire depuis la prise de fonction du président Roch Marc Christian Kaboré. Il était porteur d’un message du nouveau chef d'Etat burkinabè à son homologue ivoirien.

Cette visite de quelques heures à Abidjan intervient après que des Burkinabè, anciens membres du Régiment de sécurité présidentielle, aient été arrêtés samedi 20 février en Côte d’Ivoire, puis transférés à Ouagadougou. Ces derniers étaient activement recherchés par la justice de leur pays pour leur implication dans le coup d’Etat manqué du général Gilbert Diendéré.

Le ministre des Affaires étrangères Alpha Barry se réjouit de cette initiative des autorités ivoiriennes et a encouragé que ce genre d’actions continue si nécessaire. Même s’il existe encore des dossiers judiciaires brûlants entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, le ministre des Affaires étrangères a insisté sur la qualité des relations entre les deux pays qu’ils ont tout autant intérêt à préserver.

« Relation de confiance »

« Ce qui nous intéresse, c’est la forte relation qu’il peut y avoir entre nos deux pays, a déclaré Alpha Barry. Et vous vous souvenez que les deux chefs d’Etat se sont rencontrés à Addis-Abeba et ont parlé de relation de confiance. La confiance, c’est parler, c’est se voir, c’est agir ensemble. Et c’est ce qui s’est passé samedi et on espère que d’autres gestes vont suivre. Si ça arrivait, en tout cas le président Alassane Ouattara a donné toutes les assurances. Et c’est l’occasion aussi pour moi de le remercier. »

→ A (RE)LIRE : [Analyse] Burkina-Côte d'Ivoire: après le coup de froid, le réchauffement?

Les questions relatives aux mandats d’arrêt internationaux, émis par la justice burkinabè à l’encontre du président du Parlement ivoirien Guillaume Soro, et de l’ex-président du Burkina Faso Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, n’ont pas été abordées, a dit Alpha Barry. A en croire le ministre burkinabè, la tension semble quelque peu redescendue entre les deux pays.