Des facs sud-africaines fermées après des incidents racistes

L'université de l'Etat-Libre, à Bloemfontein, dans le centre de l'Afrique du Sud.
© Crédit: wikimedia commons

L'université de l'Etat-Libre, à Bloemfontein, dans le centre du pays, a dû fermer ses portes ce mardi, après des heurts entre étudiants blancs et noirs à l'issue d'un match de rugby. Des incidents qui se multiplient depuis le début de l'année.

Ça chauffe à nouveau dans les universités sud-africaines. Des incidents ont éclaté à l'université de l'Etat-Libre après un match de rugby. Un groupe étudiant blanc s'en est violemment pris à des étudiants noirs qui manifestaient à proximité. Ce qui a déclenché l'incident n’est pas clair. Mais l'université a fermé ses portes le temps d'une enquête.

Jonathan Jansen, vice-président de l'université de l'Etat-Libre. « J'essaye de comprendre. C'est une chose absolument terrifiante pour des Sud-Africains que de constater le niveau d'abus auquel on peut s'abaisser lors d'un match de rugby », déplore-t-il.

Tensions autour des langues d'enseignement

Autre fac fermée, celle de Pretoria où depuis quelques jours des incidents ont éclaté entre deux groupes d'étudiants. Cheryl de la Rey, président de l'université de Pretoria. « Ce qui semble avoir provoqué ces tensions, c'est le projet de changer notre politique de langue. Actuellement tous les cours sont en anglais et certains sont également en afrikaans. Il y a un projet de réforme. Les recommandations sont en train d'être examinées. Et en attendant, des heurts ont éclaté entre organisations étudiantes », explique-t-elle.

D'un côté, des étudiants afrikaans qui veulent que la langue continue à être enseignée. De l'autre, des étudiants proches de l'EFF, le parti radical de Julius Malema, qui veulent que l'afrikaans soit rayé du cursus et que des cours soit disponibles dans d'autres langues africaines, comme le zula et le xhosa.

Derrière ces incidents, il y a le débat sur la transformation non seulement de l'université, mais plus généralement d'une société plus inclusive de la majorité noire.

→ A (RE)ECOUTER : Afrique du Sud : «On ne change pas une société raciste en 21 ans»