Tchad: l'opération «ville morte» jugée illégale par les autorités

La coalition de syndicats et d'organisations de défense des droits de l'homme «Ça suffit» a appelé les Tchadiens à ne pas sortir de chez eux, pour protester contre la candidature du président Déby à sa réélection.
© EU-AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Au Tchad, plusieurs associations de la société civile et les syndicats appellent à un mot d'ordre de « ville morte » ce mercredi entre 7 h à 13 h 30 sur tout le territoire. Un appel qui vise à demander au chef de l'Etat, Idriss Déby Itno, de ne pas se porter candidat à un cinquième mandat pour la présidentielle du 10 avril prochain. Une opération jugée anticonstitutionnelle et illégale par le ministre de la Sécurité.

La coalition « Ça suffit ! », qui regroupe des syndicats et organisations de défense et des droits humains, appelle les Tchadiens à rester chez eux ce mercredi pour protester contre la candidature du chef de l’Etat Idriss Déby Itno pour un cinquième mandat à la présidence de la République. « Idriss Déby vous a asservi et appauvri pendant 25 ans, scande Mahamat Nour Ibédou, un des porte-paroles de la coalition. Ne le laissez plus vous faire subir 5 ans de plus ce calvaire. Refusez sa candidature en restant chez vous le mercredi 24 février 2016, de 7 h à 13 h 30. »

Tout cela est illégal et anticonstitutionnel, répond le ministre de la Sécurité, Ahmat Mahamat Bâchir au micro de RFI : « Ils ne connaissent pas la société tchadienne. Ce sont des gens qui rêvent et qui pensent voir leurs rêves dans la réalité. Les gens vont sortir [ce mercredi]. Vous allez constater vous-même. Une fois de plus, ils mordront poussière. Et d’ailleurs ce sont des illégaux. Je les invite à partir de cet instant à être dans la légalité. Quand ils disent "Ça suffit", je dis aussi "ça suffit de piétiner la loi". »

L’opération ville morte de ce mercredi, selon la coalition, est le premier acte d’une série d’actions qui finiront, l'espèrent-ils, par rendre impossible la candidature du chef de l’Etat à la présidentielle du 10 avril.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.