Mali: un Casque bleu tchadien tue deux de ses supérieurs à Kidal

Des Casques bleus de la Minusma à Kidal, le 22 juillet 2015.
© REUTERS/Adama Diarra

Au Mali, un Casque bleu de nationalité tchadienne a ouvert le feu sur un haut gradé et un médecin tchadiens de la Mission de l'ONU jeudi 25 février à Kidal. Il a été arrêté dans la foulée. A Tessalit, c’est une dizaine de soldats tchadiens qui ont été mis aux arrêts. Deux affaires qui mettent en lumière le problème d’indiscipline qui règne au sein des troupes tchadiennes.

Au sein des Casques bleus de la Mission de l’ONU au Mali, le contingent tchadien est considéré comme l’un des plus combattifs. Juste après l’intervention militaire française dans le nord du Mali en janvier 2013, ils ont affronté corps à corps les jihadistes dans les montagnes du Tigharghar dans la région de Kidal. Ils ont ensuite sécurisé plusieurs localités du nord du Mali. Leur présence rassure les populations.

Mais tout le monde le reconnaît : les troupes tchadiennes au Mali ont un gros problème d’indiscipline. Sur le terrain, certains se font remarquer par des dérapages. Le dernier en date : un soldat tchadien a tué ce jeudi 25 février à Kidal deux ses supérieurs, un commandant et un médecin militaire, également Tchadiens. « Quel que soit le motif, c’est inacceptable », ont commenté plusieurs responsables civils et militaires.

Ce même jeudi, dans la localité de Tessalit, toujours dans la région de Kidal, au moins dix soldats tchadiens ont été mis aux arrêts pour indiscipline. L’an dernier, quelques dizaines de Casques bleus tchadiens avaient défrayé la chronique. Pour réclamer des arriérés de salaires, ils étaient descendus bruyamment dans la ville de Gao, armes au poing.