RDC: deux ans de prison ferme pour six militants de la Lucha

A l’extérieur du tribunal de Goma, tout au long du procès de jeunes militants s'étaient rassemblés pour soutenir leurs camarades avec des pancartes « Free Lucha ».
© RFI/Sonia Rolley

En République démocratique du Congo, le tribunal de grande instance de Goma a condamné mercredi six militants du mouvement citoyen la Lucha à deux ans de prison ferme pour « incitation à la révolte ». La charge d'« association de malfaiteurs » pour laquelle le parquet avait requis dix ans d'emprisonnement n'a en revanche pas été retenue.

Deux ans de prison ferme pour les six militants de la Lucha qui étaient jugés à Goma pour « incitation à la révolte ». Les membres du mouvement citoyen, qualifié d'insurrectionnel par le gouvernement, avaient été arrêtés le 16 février, juste avant la tournée de l'équipe nationale de football victorieuse au Chan à Kigali, et alors que l'opposition et la société civile appelaient à une journée ville morte pour réclamer le respect de délais constitutionnels.

Les avocats ces jeunes militants, âgés de 23 à 28 ans, qui étaient parvenus à faire exclure certaines preuves pour falsification, espéraient l'acquittement. Maître Kapiamba dénonce un verdict politique.

Il n’y aucune règle pénale dans le droit congolais qui peut être utilisée pour justifier cette condamnation. Voilà pourquoi nous considérons que c’est une décision qui a tout simplement obéi aux injonctions politiques au lieu d’obéir au droit, ce qui est dramatique.
Maître Kapiamba
25-02-2016 - Par Laura Martel

Les avocats vont interjeter appel de ce verdict qui, selon Jose Maria Aranaz, chef du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme, « met en lumière l'instrumentalisation de la justice dans la répression des droits constitutionnels ».