Côte d’Ivoire: la quasi-totalité des terres agricoles ne sont pas immatriculées

Les rizières Nerica de l'Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l'Ouest (Côte d'Ivoire).
© lexis DUCLOS/Gamma-Rapho via Getty Images

En Côte d’Ivoire, la quasi-totalité des terres agricoles n’ont pas de titres de propriété, ce qui est source de conflits, selon une étude publiée, jeudi 25 février, par le groupe de réflexion Audace Institut Afrique. Comment réinventer le système foncier rural en Côte d’Ivoire ? C'est la question que posent les auteurs de cette étude, menée pendant deux ans.

A peine 4% des terres agricoles sont actuellement immatriculées en Côte d’Ivoire, malgré la loi de 1998 sur le Foncier rural, reconduite, par le Parlement ivoirien, pour 10 ans, en 2013.

Le projet concerne 23 millions d’hectares de terres et est censé régler durablement la question du foncier rural. Cependant, selon l’étude d’Audace Institut Afrique, au rythme où vont les immatriculations des terres agricoles, il faudra plus d’un siècle pour couvrir tout le territoire ivoirien.

Le groupe de réflexion précise que la démarche pèse sur les économies de ceux qui veulent immatriculer leurs parcelles car, en effet, elle correspond à environ un an du revenu de l'Ivoirien moyen pour avoir son certificat foncier.

Par ailleurs, en conséquence des crises qu'a connues le pays, certains propriétaires peuvent être confrontés à d'autres obstacles, comme en témoigne ce chef d’un village de l’Ouest du pays.

« Les jeunes déscolarisés sont laissés pour compte. Quand vous leur proposez un peu d’argent pour une parcelle, ils n’ont pas besoin de contacter le chef de famille. Il arrive donc que les parents soient obligés de s’asseoir, au village, parce que les enfants ont vendu les parcelles dans le dos de leurs parents », raconte ce chef de village à RFI.

Audace Institut Afrique recommande aux pouvoirs publics et aux autorités coutumières de sécuriser les 96% de terres rurales non encore immatriculées, en développant par exemple une contractualisation claire, dans les échanges, et en créant des registres fonciers communautaires.

→ pour aller plus loin : Comment réinventer le système foncier rural en Côte d’Ivoire ? sur le site de l'organisme Audace Institut Afrique