Présidentielle au Bénin: le candidat et homme d’affaires S. Ajavon en meeting

Meeting du présidentiable et homme d'affaires Sébastien Ajavon, à Porto Novo, au Bénin, le 27 février 2016.
© RFI/Delphine Bousquet

Au Bénin, l’élection présidentielle aura lieu dans une semaine et les 33 candidats battent la campagne. Parmi les présidentiables, il y a Sébastien Ajavon, homme d’affaires qui a fait fortune en important des volailles congelées et qui mène de nombreuses actions sociales. Il a annoncé sa candidature début janvier. RFI a suivi un de ses meetings, samedi 27 février, à Porto-Novo, la capitale.

Il y a foule dans la cour de l'école publique de Djegandaho dont beaucoup de jeunes, en teeshirt bleu ou blanc à l'effigie du candidat « Seba », comme il se fait appeler. Sébastien Ajavon se fait attendre. Mais pour Gaston, ce n'est pas grave.

« Malgré le fait qu’il accuse un retard de trois heures, les gens sont à leur place. Ils l’attendent. Ils savent que c’est lui, le futur président s’il n’y a pas hold-up électoral, mais il n’y en aura pas », assure-t-il.

Finalement Sébastien Ajavon arrive, s'excuse pour le contretemps et répond à ceux qui critiquent sa candidature.

« Je n’ai pas l’habitude d’être en retard mais avec la politique, comme je suis novice, cela me trompe un peu. Je voudrais juste vous dire que le gouvernement ne doit pas faire le commerce. Un gouvernement qui fait du commerce, est un gouvernement voyou. Nous, nous sommes des commerçants. Nous l’assumons. Nous ne venons pas pour nous enrichir. Nous venons pour servir notre pays », a déclaré le candidat Sébastien Ajavon.

Pour Arnaud, diplômé en droit, qui construit des paillotes pour vivre, Ajavon a fait ses preuves.

« Il a construit des écoles, des laboratoires. Il a aussi construit des forages pour les populations qui n’avaient pas d’eau. Celui qui est déjà habitué à faire ces grandes choses, une fois au pouvoir, fera encore plus. Certainement, on y croit », affirme-t-il.

Et pendant ce temps, à l'entrée de l'école, des électeurs viennent chercher leurs cartes pour le scrutin de dimanche prochain.