Gambie: Yahya Jammeh annonce sa candidature à l'élection présidentielle

Le président de la Gambie, Yahya Jammeh.
© RFI/Pierre René-Worms

En Gambie, le président Yahya Jammeh est candidat à sa propre succession. L'élection présidentielle dans le pays est prévue le 1er décembre. C'est lors d'un congrès, vendredi 26 février, que l'actuel chef de l'Etat, arrivé au pouvoir après un coup d'Etat militaire, a été désigné candidat par son parti, l'Alliance pour la réorientation et la construction patriotique (APRC).

La réunion s'est tenue dans le village natal de Yahya Jammeh, à Kanilaï, dans l'ouest du pays. Les images de cette réunion ont été diffusées dimanche soir par la télévision publique gambienne. Après 21 ans au pouvoir, Yahya Jammeh se va donc briguer un cinquième mandat malgré les critiques de la communauté internationale.

Le chef de l'Etat gambien l'a répété vendredi lors de son investiture : il n’est pas question de mettre en place une limitation des mandats. « Nous sommes en démocratie (...) N'importe quel chef d'Etat occidental ou autre dirigeant qui viendrait parler de limitation de mandat en Gambie verra ce que je lui dirais », a-t-il affirmé.

En plus des disparitions forcées, des assassinats et des restrictions des libertés d'expression constatées par les défenseurs des droits de l'homme, c'est aussi dans un contexte politique et économique tendu que l'investiture du président gambien intervient.

Le pays, marqué par une crise économique, porte les stigmates de la tentative de coup d'Etat de décembre 2014. Un épisode à la suite duquel le président Gambien avait fait modifier le code électoral. Pour l'élection du 1er décembre, de nouvelles restrictions ont été introduites.

Les prétendants à l'élection présidentielle doivent désormais payer près de 12 000 euros pour faire enregistrer leur candidature. Dix fois plus que lors des précédentes élections. Un nouvel obstacle pour une opposition qui part en ordre dispersé. Cinq partis ont fait savoir qu'ils participeraient au scrutin de décembre avec leur propre candidat.