Zimbabwe: l’ancienne vice-présidente Joice Mujuru lance son parti

Joice Mujuru au côté du président Robert Mugabe avant son éviction, en octobre 2014.
© AFP PHOTO/JEKESAI NIJIKIZAMA

Au Zimbabwe, un nouveau parti d'opposition, pour défier la ZANU-PF du président Robert Mugabe, a vu le jour. Mardi, son ancienne vice-présidente, Joice Mujuru, a lancé sa propre formation : Zimbabwe People First (le peuple du Zimbabwe d'abord). Joice Mujuru peut-elle devenir une alternative à Robert Mugabe qui domine la politique depuis l'indépendance ?

Ministre des Sports, des Femmes et de l'Information, Joice Mujuru a été vice-présidente pendant dix ans et considérée comme successeur possible du chef de l'Etat. Jusqu'à sa disgrâce, fin 2014, où elle est accusée par la première dame, Grace Mugabe, d'avoir voulu renverser et tuer le président. Elle est alors limogée de son poste et avec huit autres ministres -qui lui sont proches- et expulsée de la ZANU-PF.

On l'a dit populaire auprès des partisans du parti au pouvoir. Lors du lancement de son parti, elle a dénoncé la corruption et les inégalités et appelé les différentes formations de l'opposition à la rejoindre pour transformer le pays.

Pas sûr toutefois qu'elle puisse convaincre. Du côté de l'opposition, on se souvient de ses appels à la violence lors de la politique d'expropriation des fermiers blancs. D'autant plus que celle qui se surnommait Teurai Ropa (« faire couler le sang ») aura attendu d'être limogée du parti avant de critiquer les excès du gouvernement.