Présidentielle au Bénin: les téléphones interdits seulement dans les isoloirs

Un homme sort de l'isoloir pour aller déposer son vote dans l'urne.
© REUTERS/Joe Penney

Au Bénin, la Commission électorale a mis fin à la polémique touchant le règlement de vote alors qu’il reste deux jours de campagne pour les 33 candidats avant le premier de la présidentielle, fixé au dimanche 6 mars. Le gouvernement avait décidé d'interdire les téléphones portables dans les centres de vote. Finalement, ils seront prohibés uniquement dans l'isoloir.

La Commission électorale clarifie la situation : l'usage des téléphones portables et de tous les moyens de communication est interdit seulement dans l'isoloir. La raison : garantir le secret du vote et éviter la corruption électorale. En effet, les électeurs pourraient se prendre en photo avec leur bulletin pour justifier qu'ils ont bien donné leur voix à un candidat en échange d'argent.

Dans cette continuité, la Commission électorale remet le gouvernement à sa place : il ne doit pas s'immiscer dans le processus électoral. Celui-ci est géré par la Commission avec la Cour Constitutionnelle.

 → A (RE)LIRE : Bénin: qui sont les 33 candidats à l’élection présidentielle ?

En annulant l’interdiction des téléphones portables dans les bureaux de vote, l’instance répond aux interpellations de la société civile. Celle-ci dénonçait cette mesure tout en estimant qu'elle n'avait, en l'état, aucune valeur contraignante.

Pour elle, les mobiles et les tablettes sont des instruments de transparence. C'est grâce à eux que les observateurs peuvent informer la Commission électorale des problèmes constatés sur le terrain le jour du vote et du dépouillement, car les électeurs et les représentants des partis peuvent garder une preuve.

La commission électorale demande aux responsables présents dans les bureaux de vote de faire respecter cette décision. De son côté, le gouvernement avait confié cette mission aux militaires déployés autour des centres de vote. Une décision que la société civile avait condamné en rappelant le code électoral : l'article 78 interdit aux forces armées d'entrer dans les bureaux de vote, sauf si le président du bureau l'autorise.