L'Afrique du Sud évite l'exclusion de l'Agoa

Session d'ouverture du forum sur l'Agoa, l'accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l'Afrique, à Washington, le lundi 4 août 2014.
© REUTERS/Gary Cameron

L'Afrique du Sud ne sera pas exclue de l’Agoa. Les premières importations de poulets américains sont arrivées sur le marché sud-africain cette semaine : c'est ce qu'a annoncé le ministre sud-africain du Commerce et de l'Industrie, jeudi. Washington et Pretoria étaient engagés depuis des années dans un bras de fer concernant l'importation de viande américaine en Afrique du Sud. En novembre dernier, le président américain avait même menacé d'exclure Pretoria de l'Agoa, ce traité commercial préférentiel, si le conflit n'était pas résolu.

16 000 tonnes de poulets américains sont arrivées en Afrique du Sud. Pretoria avait jusqu'au 15 mars pour reprendre les importations de viandes américaines ou faire face à une suspension de l’African growth and opportunity act (Agoa), la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique.

Début janvier, les derniers points de contentieux entre Washington et Pretoria ont été résorbés, notamment concernant les standards sanitaires, qui bloquaient la reprise de ces importations. Pour Rob Davies, ministre sud-africain du Commerce et de l'Industrie, tout est désormais en ordre. « Nous avons fait ce qu'il fallait faire. Le but final était de s'assurer que nous puissions continuer à bénéficier de l'Agoa. Et nous avons même pu élargir la liste des produits qui bénéficieront de ce traité commercial préférentiel aux kiwis et à d'autres produits alimentaires. Nous n'avions pas le choix, nous pouvions garder une valeur ajoutée pour notre pays, et payer un certain prix, ou nous risquions de perdre un accès au marché américain », estime-t-il.

Soulagement en Afrique du sud

Au total, 60 000 tonnes de viandes américaines devraient être importées chaque année. Le ministre sud-africain a promis que ces produits seraient clairement étiquetés. La chambre de commerce sud-africaine a exprimé son soulagement. Selon elle, l'Afrique du Sud a tout à perdre à être exclue de l'Agoa. Un tiers des produits exportés vers les Etats-Unis sont exemptés de taxe.

Le gouvernement sud-africain va désormais devoir gérer le mécontentement des producteurs locaux de volailles qui accusent Washington de dumping.