Burundi: le président lance la Commission vérité et réconciliation

Le président burundais, Pierre Nkurunziza.
© AFP PHOTO / LANDRY NSHIMIYE

Au Burundi, le président Pierre Nkurunziza a lancé ce vendredi officiellement les travaux de la Commission vérité et réconciliation en présence d’un invité de marque : l’archevêque de Cantorbéry, Monseigneur Justin Welby. Si la fonction et le but de cette Commission ont été peu médiatisés, la cérémonie a été largement relayée sur les réseaux sociaux.

Le président a été accueilli sous une pluie fine à Kayanza, dans le nord du pays. C’est en tout cas ce que montrent les images diffusées par ses services de communication. De cette commission, on sait relativement peu de choses sinon que ses travaux doivent couvrir la période de l’indépendance jusqu’en 2008 : il ne sera donc pas question de la crise que traverse le pays depuis dix mois.

Dans la salle décorée vert-rouge-blanc, l’assemblée a observé une minute de silence en mémoire de « tous les Burundais morts depuis l’indépendance ». Une assemblée composée de personnalités politiques et d’ambassadeurs, et dans laquelle figurait aussi l’archevêque de Cantorbéry, Monseigneur Justin Welby. Ce dernier est la plus haute autorité de l’Eglise anglicane. Il effectue une visite de trois jours au Burundi pour « encourager les Burundais sur leur voie de la recherche de la paix et de la réconciliation », selon l’agence de presse Xinhua.

Le chef de l’Etat burundais s’est ensuite rendu à Ngozi, quelques kilomètres plus à l’est où se trouve réuni le Haut Commandement de l’armée et de la police.