Au Kenya, des chiens pour lutter contre le trafic d’ivoire

Au Kenya, pour contrer les braconniers, les forces de sécurité ont désormais recours à des chiens renifleurs d’ivoire.
© SIMON MAINA / AFP

Comment lutter contre le trafic d'ivoire sur le continent ? Le Kenya est particulièrement touché par ce problème, alors pour contrer les braconniers, les forces de sécurité ont désormais recours à des chiens renifleurs comme pour le trafic de drogue. En début d'année, quatre pièces d'ivoire ont été détectées par des chiens à Nairobi.

Dick est d'une intelligence rare, il a une grande capacité d'attention, il est très éveillé et possède un sacré nez. On dit du flair. Ce berger malinois fait partie de cette brigade de chiens renifleurs d'ivoire. Six chiens se relaient depuis quelques mois dans l'aéroport international de Nairobi, 24 heures sur 24. D'autres sont utilisés dans le grand port de Mombasa, ainsi qu'en Tanzanie. Plaques tournantes du trafic.

Dick le berger ou Asha l'épagneul sont capables de débusquer de minuscules quantités d'ivoire, caché, incrusté par exemple dans des boucles d'oreille, des pendentifs dissimulés dans un emballage de papier aluminium. Ils font sans coup férir la différence entre l'ivoire et une vulgaire corne de vache. Cette brigade canine déroute, perturbe les trafiquants et assèche des itinéraires de contrebande classique.

« Si on devait considérer ces chiens comme une technologie, on pourrait dire que nous mettons en pratique une technologie avancée », affirme Philip Muruthi de la Fondation pour la faune africaine. Au rythme actuel de braconnage, les spécialistes n'excluent pas une disparition pure et simple des éléphants en Afrique à l'état sauvage d'ici une vingtaine d'années. « Vous imaginez l’Afrique sans ses éléphants ? », s'interroge Philip Muruthi. Dick et Asha ont la truffe aux aguets.