RDC: le gouvernement va extrader Ladislas Ntaganzwa vers le Rwanda

Vue générale de Kigali, la capitale du Rwanda, en septembre 2013.
© AFP/Tony KARUMBA

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a annoncé qu'il allait finalement extrader Ladislas Ntaganzwa vers le Rwanda. Arrêté en décembre dernier en RDC, cet ancien maire rwandais est accusé d'avoir participé au génocide des Tutsis en 1994. On ne connaît pas encore la date de son transfert à Kigali.

« Il n'y a plus que quelques formalités à remplir et son extradition pourra avoir lieu rapidement », a déclaré le ministre congolais de la Justice, cité par l'agence Reuters. Un engagement pris par Alexis Thambwe devant une délégation du Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux, un organe des Nations unies.

Dans un premier temps, les autorités congolaises avaient pourtant prévenu qu'il n'était pas question de relâcher tout de suite Ladislas Ntaganzwa. « Nous attendons que le Rwanda exécute les mandats d'arrêt que nous avons délivrés contre des personnes qui circulent à Kigali », avait expliqué en janvier, sur RFI, le ministre congolais se refusant toutefois à parler de « marchandage ».

Le gouvernement congolais a donc changé d'avis. Justification avancée : pas de marchandage possible avec un homme visé par un mandat d'arrêt international. Ladislas Ntaganzwa est l'un des accusés recherchés par l'ex-Tribunal pénal international pour le Rwanda qui a cessé de fonctionner. C'est désormais au Rwanda de le juger. L'ancien de maire de Nyakizu est accusé d'avoir incité et participé aux massacres de milliers de civils tutsis.