Afrique: les agences de notation abaissent les notes des pays pétroliers

Un homme passe près d'un champ de pétrole au Nigeria.
© Chris Hondros/Getty Images

L'agence de notation Fitch a abaissé la note de la République du Congo, en raison de la baisse des revenus du pétrole qui détériore la situation budgétaire. En Afrique, le Congo-Brazzaville n'est pas le seul pays concerné par ces évaluations négatives.

Les revenus du pétrole, qui représentaient les trois quarts des recettes budgétaires de la République du Congo au cours des dernières années ont beaucoup diminué. Or, le pays a dû faire face aux dépenses engagées pour les Jeux africains de 2015 et à celles liées à l'organisation des prochaines élections.

Face à la situation financière du pays, Fitch a dégradé la note du Congo-Brazzaville avec une perspective négative, c'est-à-dire que l’évaluation pourra encore être revue à la baisse à moyen terme.

L'agence de notation Standard and Poor’s vient également de procéder à une série de dégradation de la note des pays africains producteurs de pétrole.

Sous surveillance négative

Ces dernières semaines, l’agence de notation américaine a rétrogradé d'un même mouvement le Congo-Brazzaville, l'Angola et le Gabon. Quant au Nigeria, il a été placé sous surveillance négative.

Les dernières évaluations de l'agence de notation dataient de fin 2014, mais depuis le prix du pétrole a chuté de près de moitié. Les pays africains dont les revenus sont assis sur les exportations pétrolières subissent lourdement la chute de leurs ressources budgétaires.