Sahara occidental: Ban Ki-moon en visite pour tenter de relancer le dialogue

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors de son arrivée à Tindouf, où siège le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique, le 5 mars 2016.
© REUTERS/Zohra Bensemra

Lors de son premier déplacement dans une zone du Sahara occidental que le Front Polisario considère comme « libérée », le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a été accueilli par des familles sahraouies. Ses interlocuteurs l'ont pressé de régler un conflit vieux de 40 ans.

article réactualisé,

Après avoir survolé en hélicoptère le « mur marocain », un mur de sable délimitant la zone marocaine de la zone sous contrôle du Front polisario, le patron de l’ONU a été reçu à Bir Lahlou, localité où a été proclamée la République arabe sahraouie démocratique, il y a 40 ans.

Dans un déplacement hautement symbolique, Ban Ki-moon espère relancer les négociations entre le Front Polisario, qui lutte pour l’indépendance de cette ancienne colonie espagnole, et le Maroc, qui l’occupe depuis 40 ans.

A Bir Lahlou, Ban Ki-moon a rencontré des jeunes qui, selon l’agence espagnole EFE, citant des sources sahraouies, ont dénoncé les conditions de vie de l’autre côté du « mur marocain ».

Des responsables du Front Polisario lui ont rappelé que l’ONU s’est engagée, il y a 25 ans, à tenir un référendum d’autodétermination au Sahara occidental, référendum auquel s’oppose le Maroc.

Ban Ki-Moon avait préalablement visité des camps de réfugiés aux abords de Tindouf, en Algérie, ou il a rencontré Mohamed Abdelaziz, dirigeant du Front Polisario et président de la République arabe sahraouie démocratique.

C’était la première visite de Ban Ki-Moon au Sahara occidental, la première d’un secrétaire général de l’ONU dans une soi-disant « zone libre », que le Maroc qualifie plutôt de « zone tampon ».

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon rencontre avec Ahmed Boukhari, représentant du Front Polisario à l'ONU, près de la base des Nations unies à Bar-Lahlou, à 220 kilomètres au sud-ouest de la ville algérienne de Tindouf.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.