Terrorisme: le G5 Sahel s'inspire de la stratégie de l'Espagne contre l'ETA

Vue de la façade du restaurant Capuccino à Ouagadougou, le 18 janvier 2016, après l’attentat terroriste qui a également visé le Splendid Hôtel.
© REUTERS/Joe Penney

Au Tchad, la réunion du G5 Sahel s'est terminée ce vendredi 4 mars, en présence des ‎ministres de la Défense et de la Sécurité du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. Une réunion qui a permis à ces pays qui font face au terrorisme d'adopter une stratégie pour combattre le terrorisme au Sahel. L'expérience de l'Espagne dans la lutte contre l'organisation séparatiste basque ETA a convaincu les pays africains qui ont décidé de l'adopter.

Les ministres de la Défense et de la Sécurité des cinq pays du G5 Sahel* représentés ont pris entre autres la décision de créer une force spécialisée dans la lutte contre le terrorisme.

« Il s’agit d’une expérience du Royaume d’Espagne qui a réussi dans le cadre de la lutte contre l’ETA, explique le secrétaire permanent du G5 Sahel, Najim El Hadj Mohamed. Il s’agit de petits bataillons d’une centaine d’éléments équipés, formés, mobiles et rapides, le long des endroits les moins peuplés où sévissent les terroristes. Du moment que ça a apporté de très bons résultats, il est question de voir comment on pourrait répliquer cette expérience au niveau de l’ensemble de nos Etats. »

→ A (re)lire : G5 Sahel: la coopération progresse mais la route reste longue

Selon des sources militaires, les armées des différents pays travaillent déjà ensemble. Plusieurs opérations conjointes ont eu lieu, parfois avec l’appui des éléments français de l’opération Barkhane. Pour mieux travailler, les cinq pays entendent mettre sur pied un centre de coordination basé en Mauritanie, dont la mission sera de surveiller et alerter sur les menaces terroristes.

En attendant, ils ont décidé de supprimer les visas dans les cinq pays, car le terrorisme ne doit pas selon eux empêcher la libre circulation, qui est un facteur de développement, le développement étant l’un des principaux objectifs du G5 Sahel.

*Le G5 Sahel est né en 2014 d'une volonté commune de lutter contre le terrorisme en alliant sécurité, et développement.


Le précédent Comité de défense et de sécurité du G5 Sahel suivi du sommet des pays membres avait été marqué par les attentats de Bamako le 20 novembre. Pour le secrétaire permanent du G5 Sahel, Najim el-Hadj Mohamed, le terrorisme frappe aussi bien en Europe qu'en Afrique. Il rappelle que des mesures sécurités ont été prises et lance un appel afin que les citoyens prennent leur part de la responsabilité dans la lutte contre le terrorisme.

Aucun pays au monde n'est à l’abri de ces attentats lâches. [...] Les questions de sécurité doivent être du ressort de tout citoyen.
Najim el-Hadj Mohamed, secrétaire permanent du G5 Sahel
05-03-2016 - Par Olivier Fourt