Présidentielle au Bénin: les électeurs aux urnes

A Cotonou, les bureaux de vote ont globalement ouvert à l'heure, 7h locales, pour accueillir les électeurs qui désignent ce dimanche 6 mars leur nouveau président.
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Les Béninois se rendent aux urnes ce dimanche 6 mars 2016 pour désigner un nouveau président de la République, puisque Yayi Boni au pouvoir depuis avril 2006 va quitter le pouvoir en avril, au terme de ses deux mandats. Les 7.908 bureaux de vote ouvrent peu à peu depuis 7 heures locales (6h TU) heure officielle du début du scrutin et doivent fermer à 16h locales. Une élection très ouverte aux enjeux importants.

Les électeurs arrivent peu à peu dans les bureaux de vote de Cotonou pour accomplir leur « devoir citoyen » et de petites files d'attente se forment. Dans le bureau où se trouve notre envoyée spéciale, Carine Frenk, les électeurs sont même surpris que le bureau ait ouvert à l'heure prévue car ils s’attendaient à un peu de retard. Après une campagne très intense et la polémique sur les cartes d'électeurs, l'heure est maintenant au choix du futur président et comme le confiait un électeur à notre envoyée spéciale, le choix se fera au dernier moment, dans l'isoloir.

C'est que un quart de siècle après la conférence nationale, le Bénin, qui avait exporté son modèle de démocratisation en Afrique, est à un tournant.

« Nos institutions sont-elles capables d’organiser ces élections de manière transparente », s’interroge le politologue Mathias Hounkpé. Les couacs dans la distribution des cartes d’électeurs suscitent l’inquiétude.

Emmanuel Tiando: «Il ne peut pas y avoir de fraudes dans la mesure où ce sont les mêmes individus qui sont inscrits sur les listes électorales»
06-03-2016 - Par Pierre Pinto

Pour éviter des troubles éventuels, la Commission électorale a finalement décidé hier, samedi soir, d’autoriser les électeurs qui n’ont pas la nouvelle carte à voter avec l’ancienne, sur l’ensemble du territoire. « On va en avant, on revient en arrière. C’est la confusion totale », regrette Martin Assogba, l’une des grandes voix de la société civile béninoise.

L’autre grand enjeu de cette présidentielle c’est la recomposition du jeu politique au Bénin. De grands partis politiques d’opposition comme le PRD et la RB ne présentent cette année aucun candidat, un paradoxe pour une élection majeure, et ils soutiennent le candidat du parti au pouvoir. La mouvance présidentielle est elle aussi extrêmement divisée.

→ à (re)lire : Bénin: qui sont les 33 candidats à l’élection présidentielle ?

Mais les grandes fortunes qui finançaient d’ordinaire la vie politique, ont décidé elles de rentrer ouvertement dans le jeu et de se porter candidats. Cette élection présidentielle au Bénin ne ressemble décidément à aucune autre.