Le Conseil de sécurité de l’ONU se penche sur la crise en Guinée-Bissau

Siège de l'Assemblée nationale en Guinée-Bissau.
© Wikipédia/Colleen Taugher

Après sa visite au Mali, la délégation du Conseil de sécurité des Nations unies s’est rendue en Guinée Bissau. Depuis l'été dernier, le pays traverse une crise politique profonde née de la dissolution par le président José Mario Vaz du gouvernement conduit par Domingo Simoes Pereira alors même que les deux hommes sont dans le même camp. Depuis la situation est dans l'impasse.

La mission de l’ONU est venue s’enquérir de la situation de crise que traverse le pays depuis le mois d’août dernier, suite à la dissolution du gouvernement de Domingos Simoes Pereira. Monsieur Pereira et le président José Mario Vaz, qui appartiennent à un même parti, ne s’entendaient pas sur la manière de gérer le pays.

La situation est depuis devenue très préoccupante, au point que dans sa résolution du 26 février à propos de la Guinée Bissau, le Conseil de sécurité a souhaité que toutes les parties impliquées travaillent sur la base d’un compromis de dialogue clair, et à créer des conditions propices visant à trouver une solution viable de sortie de crise.

Pour Ismael Abraão Gaspar Martins, chef de la mission du Conseil de sécurité, l’Union n’impose à personne des solutions, mais recommande cependant l’application des règles et des normes qui permettent au pays de fonctionner : « Ce n’est pas une question d’avoir ou non la volonté. C’est une nécessité. Le peuple de Guinée-Bissau a besoin d’un pays stable, que ses préoccupations soient prises en compte par un gouvernement qui gouverne et un parlement qui joue pleinement son rôle ».

Cette mission du Conseil de sécurité est la deuxième du genre, venue en Guinée-Bissau. La première date de 2004.