Présidentielle au Bénin: vers un second tour Lionel Zinsou-Patrice Talon

Patrice Talon (G) et Lionel Zinsou (D) sont arrivés en tête au 1er tour de l'élection présidentielle au Bénin, le 6 mars 2016.
© RFI/Montage

Mardi 8 mars à 4 h du matin, la Commission électorale nationale autonome (Céna) a délivré les « grandes tendances » du premier tour de l'élection présidentielle au Bénin, selon l'expression employée par son président. Le chef du gouvernement sortant Lionel Zinsou serait en tête. Il devrait affronter l'homme d'affaires Patrice Talon. On attend désormais les résultats de la Cour constitutionnelle.

Le Premier ministre devant deux hommes d’affaires, c’est ce qui ressort des « grandes tendances » de la Céna : Lionel Zinsou est crédité de 28,44 %, devant Patrice Talon (24,80 %) et Sébastien Ajavon (23,03 %). La Commission électorale a donné des chiffres très précis, car ils sont assez serrés pour le trio de tête.

Quatrième avec 8,79 % des voix : Abdoulaye Bio Tchané, ancien patron Afrique du Fonds monétaire international (FMI), qui avait fini troisième en 2011. Enfin, l’ancien Premier ministre Pascal Irénée Koupaki apparaît dernier parmi les cinq favoris, avec 5,85 %.

Derrière, les meilleurs scores sont à l’actif de deux généraux à la retraite : Robert Gbian et Fernand Amoussou, qui obtiennent moins de 2 % des suffrages. Tous les autres candidats, 26 sur 33 au total, oscillent entre 0,04 % et 1 %.

Participation habituelle

La participation est de 64 %, un taux habituel pour une présidentielle au Bénin. La Céna a précisé qu’il s’agissait des grandes tendances après compilation des résultats des 546 arrondissements. Il manque ceux des Béninois de l’extérieur.

La Commission électorale a aussi indiqué que ces tendances sont basées sur la transmission par téléphone des résultats, un système informatisé et sécurisé mis en place pour ce scrutin, en attendant le contrôle, avec les procès verbaux qui ont été acheminés par la route à la Céna.

La Commission électorale nationale autonome a tenu sa promesse de communiquer les grandes tendances au plus tard 72 heures après le scrutin. C’est une première dans l’histoire de cette institution, qui existe depuis 20 ans. « Je crois que nous avons tenu notre pari », commente Emmanuel Tiando, président de la Céna.

« Je voudrais, à l'issue de la publication de ces grandes tendances, en appeler à l'esprit patriotique de tous les candidats, de leurs militants, afin que, de part leur comportement, la paix règne dans notre pays, ajoute-t-il. Je voudrais demander aux uns et aux autres de garder tout le calme nécessaire, en attendant les résultats provisoires et définitifs, qui seront donnés par la Cour constitutionnelle. »

Premières réactions

Aucun des candidats ne s’est pour le moment officiellement exprimé. Selon son entourage, Lionel Zinsou se félicite du résultat, puisqu’il abordera ce second tour en tête. Il a cette volonté, affirme-t-on, de travailler avec l’ensemble des candidats qui ne sont pas arrivés au second tour. Les pourparlers ne vont pas tarder à s’engager.

Du côté de Patrice Talon c’est l’enthousiasme. L’écart est certes très mince avec Sébastien Ajavon, selon la Céna, « mais nous avons nos PV de résultats et nous n’avons aucune inquiétude, affirme l’un de ses porte-parole. Nous construisons l’avenir avec l’alliance des candidats de la rupture qui regroupe tous les autres principaux candidats ».

Un accord avait été signé avant le premier tour, un accord au terme duquel celui qui arriverait en tête bénéficierait du soutien de tous les autres. Reste à savoir si cette alliance va tenir et comment vont réagir les électeurs au second tour, un second tour qui sera sans doute aussi imprévisible que le premier.