Afrique du Sud: la redistribution des terres pour les Noirs relancée

Vue sur un champs de maïs en Afrique du Sud (septembre 2012).
© David Forman/ AFP

En Afrique du sud, le gouvernement admet que la redistribution des terres à la majorité noire n'a pas été suffisamment rapide. Le président de la république Jacob Zuma a évoqué le sujet la semaine dernière, disant que les lois d'aujourd'hui encadrant la redistribution étaient biaisées en défaveur de la population noire. Cette semaine, c'est le parti au pouvoir qui est revenu sur le sujet ; l’ANC souhaite accélérer le programme à six mois des élections locales.

La pression s'accentue sur le gouvernement. En arrivant au pouvoir il y a 22 ans, l'ANC a promis de redistribuer à la majorité noire 30% des terres détenues par les Blancs. Aujourd'hui, moins d'un tiers a été transféré : pas suffisamment de vendeurs, des prix trop élevés et de la corruption.

Le ministre du Développement rural Gugile Nkwinti admet que le programme est trop lent. «On peut en effet se demander si le processus de transfert d'un groupe à un autre a été suffisamment rapide, confie-t-il. Et ensuite est-ce que la terre qui a été redistribuée est utilisée de façon productive ? »

Les analystes politiques mettent en garde. La propriété de la terre est devenue un sujet explosif dans le pays en raison d'un chômage élevé et d'inégalités persistantes. Pour l'analyste Somadoda Fikeni, le gouvernement n'a pas fait suffisamment pour résoudre le problème. « Si vous regardez ces dernières années, le gouvernement s'est concentré sur l'emploi, les inégalités, les services, la corruption. Mais si le parti au pouvoir ne s’occupe pas du problème de la terre, d'autres partis politiques le feront. Il y a donc urgence pour le gouvernement. »

Et pourtant, quelques mesures ont été prises allant dans ce sens. L'année dernière le gouvernement a rouvert son programme permettant à ceux qui n'avaient toujours pas fait de demande de restitution de le faire. Et le mois dernier, le Parlement a voté une loi autorisant l'expropriation dans l'intérêt du public moyennant indemnisation.