Algérie: un imam condamné pour avoir appelé au meurtre de Kamel Daoud

Le journaliste et écrivain algérien Kamel Daoud recevant le prix littéraire François Mauriac pour son livre «Meursault, contre-enquête», le 10 octobre 2014.
© AFP PHOTO / NICOLAS TUCAT

En Algérie, le tribunal d'Oran a condamné mardi 8 mars un imam salafiste à 3 mois de prison ferme. Cet imam, Abdelfatah Hamadache, un ancien membre du Front islamique du Salut (FIS) avait appelé au meurtre du journaliste et écrivain Kamel Daoud en décembre 2014. Une décision qui a soulagé de nombreux journalistes.

Ni Kamel Daoud, ni Abdelfatah Hamadache n'étaient au tribunal lorsque la juge a condamné l'imam salafiste à trois mois de prison ferme associé à trois mois avec sursis et environ 500 dollars d'amende.

L'avocat du journaliste Kamel Daoud a déclaré qu'il était satisfait de la peine. Et comme d'autres journalistes, Lahcen Bourbia, journaliste du quotidien El Khabar à Oran a salué la décision de la justice.

« J'estime que la magistrate qui a jugé l'affaire a été courageuse parce qu'elle a condamné un personnage que j'estime dangereux pour les citoyens algériens et la stabilité du pays. C'est une condamnation et c'est bien. », a déclaré Lahcen Bourbia.

Si la chronique à la télévision de  Abdelfatah Hamadache a été arrêtée, il continue de diffuser ses prêches sur les réseaux sociaux. Il y a, à plusieurs reprises, reproché à des personnalités publiques de ne pas être assez musulmanes. Ce mardi à Oran, c'était la première fois, qu'il était condamné pour ses propos.