Attaques en Tunisie: vers de nouveaux bombardements américains en Libye?

Soldats tunisiens en patrouille, mardi 8 mars, après l'attaque menée lundi par le groupe Etat islamiqueI à Ben Guerdane.
© EUTERS/Zoubeir Souissi

Dans la nuit de mardi à mercredi 9 mars 2016, six personnes ont été tuées au cours d'opérations sécuritaires menées par les forces tunisiennes près de Ben Guerdane, dans le sillage de l'attaque jihadiste de lundi. Le Premier ministre Habib Essid a affirmé mardi que la Tunisie était en « guerre totale contre le terrorisme ». Il pourra compter sur le soutien des Etats-Unis, puisque le Pentagone confirme qu'il envisage de frapper le groupe Etat islamique en Libye.

D'après des témoins cités par l'Agence France-Presse, la présence sécuritaire était toujours aussi massive, mercredi matin à Ben Guerdane. Cette ville tunisienne de quelque 60 000 habitants a été placée sous couvre-feu nocturne, à la suite d'une attaque jihadiste survenue lundi à l'aube, et qui a fait 36 morts parmi les assaillants, mais aussi 12 morts parmi les membres des forces de l'ordre et sept parmi les civils.

La nuit dernière, en réponse à ces attaques, six personnes ont été tuées au cours d'opérations sécuritaires des forces tunisiennes près de Ben Guerdane. Quatre kalachnikov ont été saisies, a précisé le ministère. Les autorités ont prévenu que les « opérations de ratissage » allaient se poursuivre dans cette région frontalière avec la Libye.

Le Pentagone aurait déjà ses cibles

Selon Tunis, les attaques de lundi, qui ont ciblé des installations sécuritaires, entrent dans une stratégie visant à créer un « émirat » du groupe Etat islamique dans la région. « Nous avons remporté une bataille (et) nous sommes prêts pour les autres », a lancé mardi le Premier ministre Habib Essid, pour qui la Tunisie est prise dans une « guerre totale contre le terrorisme ».

Les Etats-Unis participeront-ils à cette « guerre » ? Selon le quotidien américaine The New York Times,  le Pentagone aurait déjà identifié plusieurs dizaines de cibles potentielles pour des frappes en territoire libyen. Mardi, en conférence de presse, le porte-parole du ministère américain de la Défense, Peter Cook, n'a pas étayé ces informations concernant les cibles. En revanche, il a confirmé que de nouveaux bombardements en Libye étaient bel et bien envisagés.

« Le ministre continue de travailler, avec l'équipe de sécurité nationale de la Maison Blanche, à l'évaluation de la menace représentée par l'Etat islamique en Libye, et partout ailleurs qu'en Syrie et en Irak. La discussion est ouverte avec le chef d'état-major des armées, le général Dunford, sur les options que nous avons. Nous avons la volonté de frapper les terroristes de l'Etat islamique en Libye », assure M. Cook.

Peu de chances de voir des troupes au sol

« Nous pensons que Daech, en Libye, est une menace, continue le porte-parole. Et le groupe fait l'objet d'une surveillance constante de la part des Etats-Unis. Nous avons démontré notre volonté de nous attaquer à ses leaders en Libye, nous allons continuer à suivre la situation de près pour éviter les métastases terroristes là et ailleurs. La Libye fait bien partie de notre campagne contre ces terroristes, ce n'est pas seulement en Irak et en Syrie. »

Les Etats-Unis ont déjà mené des raids meurtriers sur le sol libyen récemment. Le mois dernier, des bombardements ont notamment ciblé un camp d'entraînement du groupe Etat islamique près de Sabratha, à l'ouest de Tripoli. Mais alors qu'il quittera le pouvoir en janvier prochain, le président Obama n'entendrait pas risquer de créer un nouveau bourbier dans ce pays. La perspective de voir des troupes américaines au sol semble donc peu probable.